Nouveau stade d'Oran

Pour avoir dirigé le MCO dans ses années de gloire : Proposition pour baptiser le nouveau stade d’Oran au nom du feu Saïd Amara

La direction du MC Saïda entend proposer aux autorités concernées de baptiser le nouveau stade de 40.000 places d’Oran au nom du défunt Saïd Amara, l’un des membres de la légendaire équipe du Front de libération nationale (FLN), décédé dimanche à Saïda, a-t-on appris auprès du président du club sportif amateur (CSA) du MC Saïda, Mohamed Messaïdi.
«Nous allons envoyer une lettre aux autorités concernées pour leur proposer de baptiser le nouveau stade d’Oran au nom du défunt Saïd Amara pour lui rendre hommage au vu de tout ce qu’il a rendu comme services à la Révolution algérienne et au football national en général et oranais en particulier après le recouvrement de l’indépendance», a-t-il indiqué.
Cette initiative requiert, selon le même responsable, «l’adhésion de plusieurs parties du mouvement sportif local, ainsi que d’anciens moudjahidine», a-t-il dit, rappelant au passage que Saïd Amara, décédé à l’âge de 87 ans «a contribué grandement dans les années de gloire du club phare d’Oran, le MCO, qu’il a entraîné de 1976 à 1979 en étant derrière l’émergence de plusieurs joueurs».
Outre le MCO, le défunt avait également dirigé d’autres clubs de l’Ouest du pays, à l’image du MCS, le club de sa ville natale, l’ES Mostaganem et l’USM Bel- Abbès, rappelle-t-on.
Une autre initiative émanant de personnalités sportives à Saïda plaide aussi pour rebaptiser le stade de la ville ‘’13-avril’’ au nom de l’ancien sélectionneur national dans les années 1970 et président de la Fédération algérienne de football, a encore informé le président du CSA/MCS.
Après le décès de Saïd Amara, seuls sept anciens éléments de l’équipe du FLN, fondée le 13 avril 1958 pour faire connaitre la cause algérienne un peu partout dans le monde avec un effectif de 33 joueurs, sont encore de ce monde, en l’occurrence, Mohamed Maouche, Hamid Zouba, Rachid Mekhloufi, Smaïn Ibrir, Dahman Defnoun, Mohamed Soukhane et Abdelkrim Kerroum.
Hakim S.