Mahrez

Plusieurs d’entre eux sont sacrés avec leurs clubs respectifs : Les Verts au Caire avec un moral gonflé à bloc

Mené d’entrée de jeu (17’) à domicile par son co- leader, Basaksehir, dans une avant-dernière journée décisive et explosive, le Galatasaray a pu renverser la vapeur grâce à la vista de son international algérien Sofiane Feghouli, égalisant à la 47’ Henry Onyekuru, portant l’estocade un quart d’heure plus tard.
Et c’est déjà un 22e sacre pour l’équipe de l’impétueux Fatih Terim qui s’est joué de son voisin stambouliote qui a longtemps dominé le championnat, dont l’ultime journée n’aura aucun impact sur la consécration, grâce à un meilleur goal average, sur la consécration des ‘’Cimbom’’.
Un autre titre, à l’arrivée pour des Verts, appelés à aller au charbon, début juin, pour la conquête de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.
De fait, il serait utile de rappeler que nos internationaux ont enregistré de gros succès avec leurs clubs respectifs cette saison.
Ainsi, la méga star du groupe, Riyadh Mahrez, a vendangé un triplé domestique, dont le sacre prestigieux de Premier League avec Manchester City , alors que le duo Besbaïni- Zeffane a raflé la Coupe de France avec Rennes.
Pour sa part, Bounedjah s’est offert le titre de champion de Qatar, ratant de peu le doublé après l’échec de son équipe Al Sadd dans la finale de la Coupe de l’Emir.
Son voisin dans sa ville natale, Oran, en l’occurrence Youcef Belaïli, est bien parti pour s’adjuger un triplé avec l’ES Tunis (Championnat et coupe de Tunisie et Ligue des champions africaine dont elle est la détentrice de la précédente édition). Par ailleurs, et, même s’ils n’ont pas eu la même veine que leurs alter égos de l’équipe nationale, les Mandi, Brahimi et autre Atal, sont à créditer d’une saison remarquable.
Voilà qui permet à la majorité des joueurs de la sélection algérienne de se rendre en Egypte avec un moral gonflé à bloc.
De bon augure pour la campagne africaine du Caire ? Il faut l’espérer.
H. S.