Colza

Oran : La récolte de la colza dépasse les prévisions

La première expérience de culture du « colza huileux » dans la wilaya d’Oran a donné des résultats « encourageants » dépassant les prévisions, avec une récolte estimée à 3,5 quintaux sur un demi hectare, a-t-on appris lundi auprès de la circonscription de l’agriculture de la daïra de Boutlélis. Les résultats de la culture des graines de colza huileux dans un champ expérimental d’une superficie d’un demi hectare sur une exploitation agricole de la commune de Boutlelis (ouest d’Oran), sont considérés comme « très encourageants », a indiqué à l’APS le président de cette circonscription, Kherif Maarouf. Même si la culture du colza à Oran a été lancée en décembre dernier, soit en retard comparé aux autres wilayas, et une a faible pluviométrie enregistrée lors de cette saison agricole, l’expérience a été un succès et a dépassé toutes les prévisions, s’est-il félicité, assurant que « si l’irrigation d’appoint avait été utilisée dans ce type de culture, le double du rendement aurait été réalisé ». Au niveau du champ de colza, cultivé pour la première fois dans la capitale de l’Ouest algérien, un désherbage manuel a été appliqué avec l’utilisation d’engrais en profondeur lors de la première étape de plantation des graines de colza, a indiqué le responsable. En raison du manque du matériel agricole adéquat pour la moisson de cette récolte, il a fallu recourir à des moyens traditionnels, notamment la faucille, a-t-il ajouté, poursuivant que l’extraction des graines s’est faite manuellement, en plus de l’utilisation de tamis et d’ustensiles traditionnels en alfa (midouna). Le produit récolté sera transféré à la Coopérative des céréales et des légumes secs (CCLS) d’Oran ou à l’Institut technique de développement des récoltes de Sidi Bel-Abbes, a fait savoir un chef de service à la circonscription agricole de Boutlelis. Le colza huileux a plusieurs avantages, dont l’extraction de l’huile de table. La pâte issue du broyage est utilisée comme aliment pour les vaches pour augmenter la production de lait de 20 à 30 litres par vache et les champs de colza sont considérées comme source de nectar pour les abeilles lors de la longue période de floraison, a-t-on expliqué.