COMMERCEP4

« NOTRE MISSION EST DE PROTEGER LE PEUPLE » : Le Président envisage la fermeture des commerces

Réouverture des salons de coiffure et commerces de vente de vêtements, de chaussures et gâteaux traditionnels …
Alors que les autorités ont justifié la décision par l’urgent souci socio-économique, le président Tebboune n’exclut pas la fermeture de ces activités pécuniaires, regrettant un relâchement dans les comportements des Algériens, susceptible de provoquer une hausse dans la propagation de la pandémie du Covid-19.

«Le gouvernement a répondu favorablement aux demandes de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) dans une tentative de rattraper le retard de la vie économique. Cependant, si cela mettra en péril la vie des citoyens nous n’hésiterons pas à fermer à nouveau les commerces et reviendrons à plus de rigueur dans l’application du confinement, sachant que nous sommes arrivés presque à la fin de la pandémie », a-t-il prévenu, lors d’une rencontre avec les médias diffusée vendredi soir sur les chaînes publiques et privées. En effet, début Ramadhan, le gouvernement avait décidé de l’extension de de l’autorisation d’ouverture des commerces, tels que l’habillement et les gâteaux traditionnels.
Néanmoins, certains locaux ont enregistré une grande affluence sans respect des mesures sanitaires. Une situation que le Président  estime d’« incompréhensible ». « Nous avons tenté d’établir un équilibre entre le confinement et ce qui peut être protégé de l’économie nationale. Nous avons relancé certaines activités jugées nécessaires par le gouvernement, mais le problème n’est pas tant l’allègement ou la réouverture de certains magasins que le comportement des citoyens ».
Le chef de l’État a relevé, dans ce sens, un «lien organique » entre les autorisations octroyées pour ces activités commerciales et la hausse du nombre de cas de covid-19 enregistrée durant les derniers jours, promettant de « pallier à la situation ». La fermeture des magasins rouverts au début du mois de Ramadhan est devenue « une revendication populaire » après la hausse du nombre de cas de covid-19 enregistrée récemment, a-t-il fait savoir. « C’est impossible d’imaginer le nombre important des appels protestant contre la réouverture de certains magasins. Notre mission et notre engagement est de protéger le peuple. La vie du citoyen algérien est plus importante pour nous que toute autre chose », a-t-il regretté. « Nous essayerons de faire preuve de sagesse dans nos décisions. Nous n’essayons nullement d’imiter un autre pays. Nos décisions sont basées uniquement sur ce que disent nos scientifiques », a-t-il poursuivi. Les annonces de réouverture de nombre de commerces susceptibles de drainer beaucoup de monde, notamment en ce mois de Ramadhan, ont provoqué un tollé chez les spécialistes de la santé publique, qui ont mis en garde aussitôt contre l’éventualité d’une contamination à grande échelle devant lesquelles notre système de prise en charge hospitalier ne pourrait faire face. Ils estiment qu’aujourd’hui la priorité est à la lutte contre l’épidémie et contre la diffusion du virus. Lorsqu’il s’arrêtera de se diffuser, l’épidémie du Covid-19 sera stoppée. De ce point de vue, préconisent-ils, déconfiner rapidement sans imposer des mesures de distanciation sociale, le port obligatoire de bavettes, les conditions d’hygiène pour limiter la transmission du virus et sans opération de dépistage large et massif, pourrait être un facteur d’aggravation de la situation sanitaire.
Hamid Mecheri