Lamamra

MOSCOU, SECONDE ÉTAPE DE SON PÉRIPLE DIPLOMATIQUE : Lamamra évoque le processus de la passation de pouvoir de Bouteflika

Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, était, hier, au second jour de son périple diplomatique, à Moscou, où il a eu une série d’entretiens avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, sur l’évolution de la situation en Algérie et le plan de sortie de crise.
Avant sa visite dans la capitale russe, le chef de la diplomatie algérienne s’est rendu à Rome où il s’est entretenu avec le président du Conseil des ministres italien, Giuseppe Conte. Il a indiqué qu’il a remis un message écrit du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, entrant dans « le cadre des consultations régulières entre nos deux pays fondées sur le Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération ». Il a précisé avoir échangé avec M. Conte sur « l’actualité de l’Italie par rapport à la construction européenne et sur l’actualité de l’Algérie qui intéresse nos amis italiens ». »Ceux qui observent de loin notre réalité ont le sentiment qu’il se développe une situation potentiellement porteuse de risques », a-t-il dit, ajoutant que l’Algérie « connue pour être exportatrice de paix, de sécurité et de stabilité, rassure ses partenaires internationaux sur le fait que ce moment privilégié de notre histoire est un moment qui se passe en famille ».Lors de son étape Russe, Lamamra a également remis un message du chef de l’État pour son homologue Russe, Vladimir Poutine. Le message a été remis au MAE russe, Poutine étant absent de Moscou, s’étant rendu en Crimée pour son rattachement , après référendum , à la Fédération de Russie. Au cours d’une conférence de presse commune, Serguei Lavrov a affirmé que la Russie est  » hostile à toute ingérence dans le processus qui se déroule actuellement en Algérie. ».Moscou est « très attentive aux événements en cours en Algérie et se prononce contre toute ingérence extérieure dans la situation » , a précisé le ministre russe des Affaires étrangères.«Nous sommes bien sûr préoccupés par les événements qui se déroulent actuellement dans votre pays. Nous voyons des tentatives d’attiser les tensions et nous nous prononçons contre toute ingérence dans ce processus», a fait savoir le chef de la diplomatie russe. Dans le même temps, Lavrov a espéré que les autorités et le peuple algériens parviendront à régler « les problèmes » du pays en  » toute conformité avec la Constitution » algérienne. Pour sa part, Lamara a affirmé que le Président Bouteflika transmettra le pouvoir à son « successeur de manière ouverte et transparente » à l’issue d’une élection dont la date sera définie « prochainement », a-t-il dit .
« Abdelaziz Bouteflika a pris la décision de ne pas prendre part à cette élection et il est entièrement prêt à transmettre le pouvoir de manière ouverte et transparente au président qui sera choisi via ce scrutin », Lamamra confirme ainsi les intentions du chef de l’État sortant qui apparaissaient en filigrane de son message pour le 19 mars. Comme la veille à Rome, il a insisté sur le fait que « l’élection présidentielle se tiendra dans de nouvelles conditions. » « Pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie, pourront y prendre part tous ceux qui le souhaitent », a poursuivi Lamamra, précisant que le scrutin sera « pour la première fois surveillé par une commission électorale indépendante ». « L’opposition algérienne aura la possibilité de prendre une part plus active dans le travail gouvernemental », a-t-il ajouté. Après Moscou, Ramtane Lammara, dont c’est la grande sortie diplomatique depuis sa nomination, s’est rendu à Berlin, où il s’est entretenu avec la chancelière Merkel, sur le processus en cours en Algérie. Il se rendra aujourd’hui à Genève, où il prendra part à la seconde table , prélude à la négociation entre le Front Polisario et le Maroc.
Mokhtar Bendib