Cancer

MéDICAMENTS INNOVANTS CONTRE LE CANCER : L’arrivée en Algérie prévue au 1er trimestre 2019 

Le président de la Société algérienne d’oncologie médicale et le  chef de service d’oncologie médicale au Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger, le Pr. Kamel Bouzid a affirmé, hier, en marge de son intervention au Forum d’El-Moudjahid, que l’Algérie n’a pas encore acheté les médicaments innovants contre le cancer et que ces nouveaux médicaments ne sont pas encore arrivés officiellement  sur le marché national. Il prévoit, dans ce contexte, que leur arrivée sera connue au premier trimestre de 2019.

Toutefois, le même spécialiste a confirmé que : « Nous sommes en débat avec le premier ministère,  le ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière et la Pharmacie centrale pour que ces médicaments arrivent sur le marché national dans le délai convenu», a-t-il insisté dans ce sens. Outre cela, cette même source affirme que les  médicaments «dernier cri ailleurs  » selon son expression, contre le cancer sont vraiment chers «  ils sont très coûteux, leur prix varie entre 5000 et 20 000 euros la boîte » a-t-il précisé.

Le plan de lutte (2020-2024) en phase d’élaboration
Par ailleurs et lors de son évaluation du plan national de lutte contre le cancer 2015/2019, l’invité du Forum d’El-Moudjahid, le Pr. Kamel Bouzid a qualifié ce plan de « réussi »  et cela  sur le plan de la prise en charge de la chirurgie ainsi que la radiothérapie : «  Ce plan nous a permis d’acquérir 43  accélérateurs de particules contre le cancer, alors que nous avions, auparavant, seulement 7 accélérateurs », a ainsi indiqué le Pr. Bouzid . à propos des traitements  contre le cancer, l’orateur a assuré également la disponibilité de ces derniers sur le marché national,  tout en estimant encore  que : « depuis les années 2011 , nous n’avons pas eu un manque de médicaments».  évoquant le plan national de lutte contre le cancer  (2020-2024), le  président de la Société algérienne d’oncologie médicale, le Pr. Kamel Bouzid a annoncé, d’emblée,  que ce plan est en phase d’élaboration : «et qui aura, plusieurs objectifs axés notamment  sur l’amélioration du diagnostic du cancer et la diminution du taux de mortalité par le cancer», a-t-il souligné encore. Pour ce qui est de la prévention contre le cancer, notre interlocuteur a tenu à rappeler, en fin de cette rencontre, que l’alimentation «saine»  joue un rôle fondamental dans  la prévention contre ces pathologies et le diagnostic précoce reste aussi  une importante stratégie pour dépister ces maladies.
Mehdi Isikioune