covid19p4

LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Les rassemblements publics et familiaux interdits à Alger

Après une longue période de laisser-aller et d’abandon total des mesures de prévention voilà qu’enfin les autorités ont décidé de reprendre les choses en main suite à la flambée inquiétante des cas de contamination au Covid-19. Hier, la wilaya d’Alger a annoncé une foule de mesures pour tenter de limiter la propagation du virus et d’éviter la catastrophe.

Dans un communiqué rendu public, les services de la wilaya d’Alger ont annoncé en effet le prolongement du couvre-feu de 00h00 à 4h00 pour une période de 21 jours. Il a été en outre décidé de l’interdiction des rassemblements de tout genre et surtout familiaux, l’interdiction des fêtes de mariage, de circoncision et toutes les autres cérémonies. La wilaya menace à cet effet de sanctions sévères contre les contrevenants et les propriétaires des lieux qui accueillent ces rassemblements.
De son côté, la direction du commerce d’Alger est chargée de mener des contrôles au niveau des commerces et des marchés, accompagnée par les forces de sécurité. Et là encore, ces deux services sont autorisés à appliquer des sanctions sévères contre les contrevenants allant de la fermeture du local au retrait du registre de commerce. Pour ce qui est des transports publics, ceux-ci seront fermement surveillés. Comme pour le cas des commerces, des contrôles inopinés seront menés pour constater si le port du masque et la distanciation physique sont respectés ou pas. S’agissant de l’Aïd El Adha connu pour favoriser les rassemblements familiaux, la même source indique qu’elle veillera au respect du protocole sanitaire durant les deux jours de fête. Il est important de souligner que la wilaya d’Alger n’est pas la première et la seule à avoir réactiver le processus de prévention contre la pandémie du Covid-19. La wilaya de Mascara avait également pris une série de mesures au vue de la dégradation de la situation sanitaire. Le wali de Mascara avait en effet décidé samedi dernier d’instaurer des restrictions concernant  les célébrations ou tout autre type de rassemblement. Il a annoncé, dans ce sens,  l’interdiction de l’organisation des fêtes de mariage, des cortèges, des funérailles  et de toute autre célébration qui impliquerait les rassemblements. Le wali avait affirmé que quiconque violerait ces mesures s’exposerait  à des poursuites judiciaires pour la mise en danger de la vie les citoyens.
Mais il est à relever que c’est le wali de Tébessa qui a été le premier à imposer de telles restrictions. À l’issue d’une réunion avec le comité de sécurité consacrée à l’étude de l’évolution de la situation épidémiologique et à la hausse des contaminations enregistrées dans cette wilaya, le wali avait décidé d’interdire tout rassemblement que ce soit des cortèges de mariages, des funérailles et tout rassemblement de célébration. Pour l’application stricte de ces mesures, il a été prévu l’imposition d’amendes contre toute personne refusant de se conformer au protocole sanitaire dont la distanciation physique et le port du masque. Par ailleurs, des restrictions strictes ont été également imposées dans les marchés de bétail, qui se répandent à l’approche de l’Aïd El-Adha. Il faut dire que l’heure est à la rigueur et à la vigilance absolue face à cette troisième vague de la pandémie qui frappe le pays. Le bon sens et la prise d’initiatives des collectivités locales est plus que jamais nécessaire afin de freiner la propagation du virus, les semaines à venir, ce qui permettra certainement de garantir  le maintien d’une vie normale et d’emblée une  rentrée sociale  à l’abri des conséquences du Covid.

La prévention et la vaccination, seulEs boucliers contre le Virus
Outre la prévention et le respect des gestes barrières, la vaccination est aujourd’hui le meilleur moyen permettant de réduire les transmissions mais surtout les complications liées au Covid-19 et ses variants. Un processus qu’il faut à tout prix accélérer en impliquant tous les centres de santé de proximité, et en multipliant les espaces de vaccination en exploitant les salles de sport, les établissements scolaires, et pourquoi pas même les mosquées. Il faudra notamment penser à l’élargissement de la vaccination à travers des campagnes touchant les fonctionnaires dans les administrations, les enseignants de l’éducation nationale, et les différents secteurs d’activités notamment par l’implication du personnel de la médecine du travail. Pour sortir donc de cette spirale et prévenir contre d’éventuels rebondissements de la situation épidémiologique à l’avenir, la prévention, le bon sens et l’anticipation devraient être de mise, d’autant que le personnel soignant qui est en première ligne face au virus et qui a payé un lourd tribut depuis l’avènement de la pandémie, est entrain de s’effondrer car exténué et usé.
Ania Nait Chalal