Les pilotes d’Air Algérie ont observé une grève surprise hier matin

Dans un mouvement de grève surprise observé hier matin, les pilotes d’Air Algérie dénoncent ce qu’ils qualifient d’injustice et demandent à ce que leurs salaires soient alignés sur ceux de Tassili Airlines. Encore une fois, les vols des lignes intérieures et extérieures de la compagnie nationale de transport aérien (Air Algérie) ont connu, hier, des retards de plusieurs heures. Les appareils d’Air Algérie ont été cloués au sol non pour cause de mauvaises conditions météorologiques, mais un débrayage des pilotes de la compagnie nationale de transport aérien. Les pilotes d’Air Algérie ont décidé d’une grève surprise tôt la matinée d’hier. Le parking de stationnement de voitures réservé aux pilotes d’Air Algérie semble être la principale raison de la grève de ces derniers. Selon une source proche des grévistes, les pilotes d’Air Algérie dénoncent le «squat» de leur parking par des personnes qui n’ont rien à voir avec le personnel naviguant de la compagnie aérienne.
Pour exprimer leurs ras-le-bol quant à une telle situation qui n’a que trop duré, les pilotes d’Air Algérie ont décidé d’observé un mouvement de grève tôt le matin d’hier. Tous les vols intérieurs et/ou extérieurs programmés pour la matinée d’hier étaient bloqués. Hormis un vol spécial à destination du Sud et à bord duquel il y avait deux ministres et le directeur de l’aviation civile, était autorisé à décoller. Les pilotes d’Air Algérie ont profité du débrayage pour mettre en avant d’autres revendications socioprofessionnelles. Selon toujours la même source qui a requis l’anonymat, les pilotes de la compagnie nationale de transport aérien exigent plus de considération de la part des agents de police et des douaniers chargés de lutter contre le trafic de tout genre. «À chaque fois qu’on surprend un passager en possession d’une importante somme d’argent en devises, tout le monde devient complice. Y compris les pilotes», a-t-elle regretté. «Nous exigeons le respect et une considération à la hauteur de la fonction du pilote», a ajouté notre source. La troisième revendication des pilotes d’Air Algérie est d’ordre salarial. Ils exigent à ce que leurs salaires soient alignés sur ceux des pilotes de la compagnie publique de transport aérienne «Tassili Airlines».
Ils ne comprennent pas pourquoi les deux poids deux mesures du ministère des Transports qui accorde des salaires aux pilotes de Tassili Airlines 40% supérieurs à ceux d’Air Algérie. Les grévistes dénoncent ce qu’ils qualifient «d’injustice» et demandent réparation. Notre source s’interroge sur les critères choisis par la tutelle pour accorder de tels salaires aux pilotes de Tassili Airlines, dont 90% des vols sont des vols intérieurs. Avec leur débrayage, les pilotes d’Air Algérie veulent mettre les responsables du ministère des Transports devant le fait accompli, d’autant plus que leur revendication d’aligner leurs salaires sur ceux de Tassili Airlines est plus que légitime, vu que les deux compagnies de transport aérien (Air Algérie et Tassili Airlines) appartiennent à l’État. Au moment où nous mettons sous presse notre source nous a informés de la reprise du travail par les pilotes d’Air Algérie après que leur principale revendication, à savoir le désengorgement du parking automobile qui leur leur réservé ent été prise en charge. Mais ils promettent de revenir à la charge concernant la revendication salariale. Une affaire à suivre…
Hacène Nait Amara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>