Ligue 1 MCO-CRB

Les fauteurs de troubles font parler d’eux : La fin du championnat s’annonce houleuse

Que de communiqués de condamnation des clubs de la Ligue professionnelle fusent après chacune des précédentes journées ont marqué la scène footballistique nationale, et ce, dans la foulée de la grosse bataille qui s’est accentuée autour des premières places et du maintien.
Tout cela a amené les acteurs du milieu du football à demander aux officiels de faire preuve de responsabilité, dans le but de terminer la saison dans les meilleures conditions, et d’éviter tout débordement à même de ternir l’image du football local, qui a toujours fait l’objet de nombreuses critiques.
Les dernières journées du championnat professionnel ont été marquées par plusieurs scènes désolantes. On peut citer à ce propos ce qui s’est produit au stade du 8 mai 45 de Sétif jeudi dernier, entre l’ES Sétif, le leader de la Ligue professionnelle et son poursuivant immédiat, le CR Belouizdad.
La direction de ce dernier s’est plainte, à travers un communiqué publié sur la page officielle du champion d’Algérie en titre, des agressions contre les membres de sa délégation après la fin du match. Le défenseur Bouchar a été la principale cible des agresseurs, bien que le match se soit déroulé à huis clos ce qui pose plus d’une question à propos des auteurs de cette attitude condamnable et déplorable.
La direction de l’Entente était la première à monter au créneau en accusant, quelques jours avant le choc de la 30ème journée, son homologue de Belouizdad d’allumer la mèche, à la suite d’une vidéo provocatrice des camarades d’Amir Sayoud à l’encontre des Sétifiens après leur victoire lors du match d’avant à Sidi Bel-Abbes, allant jusqu’à exiger des excuses officielles de la part du club algérois.
Cette affaire, n’est pas la seule ayant marqué la précédente journée du championnat, étant donné que la direction du PAC a dénoncé à son tour le ‘’calvaire’’ vécu par son équipe à Aïn M’lila. Elle a, en outre, indiqué que sa délégation a été victime d’agressions physiques lors du match qui a opposé son équipe à l’ASAM, soit deux équipes qui luttent pour leur maintien parmi l’élite.
Ces accusations ont fait réagir les dirigeants du club local qui se sont empressés de nier en bloc les accusations formulées par les Pacistes à l’encontre de leur club.
Le match US Biskra-MC Alger a failli lui aussi s’achever sur une queue de poisson après l’accrochage entre deux joueurs ce qui a provoqué une pagaille générale sur le terrain. Heureusement que la raison a fini par l’emporter et les deux antagonistes sont parvenus à aller au terme de cette confrontation soldée par la victoire des locaux qui luttent pour leur maintien.
Tout cela se déroule au moment où la Ligue professionnelle, présidée par Abdelkrim Medouar, a préféré opter jusque-là pour le silence. Une attitude condamnée par les observateurs qui appellent à ce que les instances footballistiques nationales durcissent le ton et prennent des mesures sévères à l’encontre des fauteurs de troubles pour éviter que la situation ne dégénère davantage au cours des huit dernières journées du championnat.
Hakim S.