rezigp3

LES ENTREPOSEURS ONT JUSQU’AU 30 NOVEMBRE POUR DÉCLARER L’ÉTAT DES STOCKS : Rezig veut débusquer les spéculateurs

Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, a annoncé la prolongation du délai de dépôt des déclarations par les propriétaires d’entrepôts, à travers le territoire national jusqu’au 30 novembre, pour leur permettre d’exercer leurs activités dans un cadre légal et réglementé, et favoriser leurs suivis par le secteur.
Rezig a affirmé dans ce cadre que « tout agriculteur disposant d’une chambre froide ou d’un entrepôt et tout producteur ou commerçant de gros, voire importateur ou exportateur n’ayant pas déclaré ses entrepôts auprès des services du commerce avant le 30 novembre, sera passible des sanctions rigoureuses prévues dans le projet de loi sur la spéculation en cours d’élaboration ». Dans un entretien à l’APS, Rezig a ajouté qu’à partir du 1er décembre prochain, tout entrepôt ou chambre froide réservés aux produits alimentaires, aux fruits et légumes ou à d’autres produits, non déclarés seront considérés comme « lieux de monopole et de spéculation » en vertu de la nouvelle loi en cours d’élaboration, en coordination avec les ministères de la Justice, du Commerce et de Promotion des exportations qui criminalise la spéculation. La déclaration se fait auprès des services du ministère du Commerce, à travers le renseignement d’un formulaire auquel sera jointe une photocopie du registre du commerce ou celle de la carte d’agriculteur. L’agriculteur est tenu de déposer une nouvelle déclaration à chaque changement, le but étant d’accorder des garanties aux propriétaires de ces entrepôts pour exercer leurs activités tranquillement, a ajouté le ministre, précisant que le ministère veillera à élaborer un fichier national des stocks à l’échelle nationale qui permettra de recenser les lieux de stockage, et partant prendre les décisions judicieuses au moment opportun pour leur distribution et la préservation de la stabilité du marché. Quant à cette pratique funeste en elle-même, le ministre a souligné que « l’entreposage d’un stock sans le faire sortir de manière progressive et le stockage sans autorisation sont considérés comme étant de la spéculation, notamment en période de hausse flagrante des prix d’un produit donné ou comme étant un monopole s’ils interviennent à un moment où les prix sont stables sur le marché ».
Sarah O.