Les affabulations du Maroc

Le Maroc excelle dans l’art de la désinformation, la manipulation et l’affabulation. Une fois de plus, les autorités du royaume chérifien se sont attaquées à l’Algérie. Selon Rabat, «les soldats de l’armée auraient tiré sur des civils marocains se trouvant au niveau de la frontière algéro-marocaine, blessant qu’un d’entre eux».

Un tel scénario est digne des films hollywoodiens. Les autorités marocaines ont déployé tous moyens nécessaires pour accréditer une thèse selon laquelle l’Armée algérienne auraient tiré sur des civils marocains à la frontière algéro-marocaine. L’affabulation des autorités marocaines dépasse tout entendement.
Une telle histoire est destinée beaucoup plus à la consommation interne qu’à autre chose. À travers une telle affabulation, les autorités du royaume ne cherchent qu’à faire diversion et cacher la misère qui ronge leur population. Pour les autorités algériennes, les agitations du Maroc est un non-évènement. Alger accuse Rabat d’avoir fabriqué de «toute pièce», l’histoire de cet incident qui s’est produit samedi à la frontière entre l’Algérie et le Maroc. Alger n’accorde pas d’importance aux déclarations du Maroc sur ce sujet. Selon les déclarations de Abdelaziz Benali Cherif, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, rapportées par un site online, «des civils marocains ont jeté des pierres en direction des garde-frontières algériens qui ont riposté avec deux tirs de sommation en l’air, sans les viser. Il n’y a eu aucun blessé».
La même source a ajouté que ce genre d’incidents se produisent fréquemment sans pour autant qu’ils soient suivis d’un tapage médiatique et des actions diplomatiques. À travers une médiatisation excessive d’un tel incident, les autorités marocaines ne cherchent qu’à vouloir ternir l’image de l’Algérie. Convoquer l’ambassadeur d’Algérie au Maroc pour lui demander des explications sur des faits qui n’ont jamais existé constitue un acte gravissime. Cette interpellation sous forme d’accusation constitue, on ne peut plus clair, une transgression des règles diplomatiques.
Si les autorités marocaines ont accordé une importance capitale à cet incident, Alger, en revanche, ne se branche pas. Hormis, les déclarations du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, aucune autre institution ne s’est exprimée sur le sujet.
Le ministre de l’Intérieure marocain s’est alarmé, en accusant le soldat de l’Armée algérienne de vouloir tuer le citoyen marocain «en le visant à l’œil et au nez». En tout cas, le Maroc n’est pas à sa première accusation contre l’Algérie.
Hacène Nait Amara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>