El Bouchi-Tahkout

LE PROCèS «CHIKHI» REPORTé ET L’AFFAIRE «TAHKOUT» TRANSMISE À LA COUR SUPRÊME : Le feuilleton judiciaire se poursuit

Comme prévu, l’actualité judiciaire s’est accélérée, hier, où plusieurs affaires étaient encore entre les mains des juges. Ainsi c’est le cas de l’affaire Tahkout, dont le dossier a été transmis au procureur général près la Cour suprême, sans oublier l’affaire de Kamel Chikhi liée à l’immobilier.

Ainsi, le parquet général près la Cour d’Alger a transmis au procureur général de la Cour suprême le dossier de l’enquête préliminaire effectuée par la Gendarmerie nationale dans le cadre de l’affaire Tahkout Mahieddine. C’est ce qui a été annoncé, hier, par l’APS, citant un communiqué de la Cour d’Alger.
Le dossier transmis concerne des faits à caractère pénal, impliquant de hauts responsables anciens ou en poste. Ainsi, la liste comporte un ministre en exercice, en l’occurrence, celui du Tourisme Abdelkader Benmessaoud, notamment, et deux walis en poste, à savoir : ceux d’El Bayadh Djamel Khanfar et de Saïda Louh Seif el Islam. Elle comprend, entre autres, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, l’ancien ministre, de l’Industrie et des Mines Youcef Yousfi, l’ancien ministre des Travaux publics Abdelghani Zaâlane ainsi que Abdelkader Zoukh, Benocine Faouzi, Boukarabila Djelloul et Benmansour Abdallah respectivement ancien walis d’Alger, de Chlef, de Saïda et d’El Bayadh. À noter que la Cour suprême est la seule juridiction compétente pour instruire les crimes et délits qu’auraient commis, dans le cadre de leurs fonctions, les membres du gouvernement, les walis et certains hauts magistrats. Pour rappel, la justice a déjà inculpé 45 personnes dans cette affaire Tahkout, notamment pour blanchiment d’argent, transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite, trafic d’influence et infractions aux règles des marchés publics. 19 personnes ont été placées en détention provisoire dans le cadre de cette affaire, tandis que 7 autres sont placées sous contrôle judiciaire. Ouyahia, Zaâlane et Zoukh sont déjà inculpés dans une autre affaire de corruption, visant Ali Haddad, ancien puissant patron du FCE.
Sur un autre plan, le procès de Kamel Chikhi, relatif à ses activités immobilières, qui devait s’ouvrir hier, au tribunal de Sidi M’hamed, a été reporté pour le 3 juillet prochain, et ce, en raison de l’absence des témoins. Ainsi, le juge au pôle pénal spécialisé dans les affaires de corruption près le Tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a pris la décision de reporter, pour la seconde fois, ce procès, dans lequel est impliqué le principal accusé dans l’affaire des 701 kg de cocaïne. En effet, devant se tenir le 22 mai dernier, le procès a été reporté pour le 19juin (hier). À noter que ce procès est lié aux documents, livrets fonciers et actes de propriété relatifs à la société de « Kamel El boucher ». Les autres inculpés, dans cette affaire, au nombre d’une douzaine, sont tous des cadres de la Conservation foncière et de l’urbanisme de plusieurs, communes d’Alger : Kouba, Aïn Bénian, Draria, Chéraga, Hydra, ainsi que des contrôleurs et conservateurs fonciers d’ Hussein Dey et de Bouzaréah. Cette affaire n’est que la première pour l’accusé, qui est poursuivi dans trois autres dossiers, notamment, celui L’ex-ministre de la Justice, Tayeb Louh avait indiqué que l’enquête instruite dans l’affaire de saisie de plus de 700 kg de cocaïne au port d’Oran, avait révélé l’implication de plusieurs personnes dans des faits liés à la corruption et pots-de-vin versés en contrepartie de facilitations. L’enquête préliminaire s’est soldée par le déferlement de suspects devant la justice pour corruption et pots-de-vin versés en contrepartie de facilitations au profit du principal accusé dans l’affaire de cocaïne, mais dans le cadre d’une autre mission et d’une autre activité (promotion immobilière), a-t-on ajouté.
Lamia Boufassa

TRIBUNAL D’ALGER
Le procès du général Benhadid renvoyé au 25 septembre
Par ailleurs, la cour d’appel du tribunal d’Alger a décidé de reporter le procès du général à la retraite Hocine Benhadid, poursuivi pour atteinte à un corps constitué. Prévu initialement pour hier, le procès a été reporté pour le 25 septembre prochain. Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a été placé, le 12 mai dernier, en détention provisoire par le tribunal de Sidi M’hamed. L’avocat du général à la retraite, Me Bachir Mechri, a alerté, avant-hier quant à l’état de santé de son client, considérant que celui-ci «risque de mourir d’un moment à l’autre». Selon les explications de l’avocat, le général à la retraite a été arrêté à cause de propos qu’il a tenus dans une lettre publiée dans la presse et qu’il a adressée au général de Corps d’armée, Ahmed Gaïd-Salah.
L. B.