L’ANP poursuit sa traque des criminels : neuf terroristes éliminés, hier à Médéa

Tout un chacun l’a constaté : les unités de l’ANP déployées sur le terrain sur l’immense étendue du vaste territoire national ne cessent de porter des coups décisifs aux groupes terroristes toujours en activité.

À intervalles réguliers, et de plus en plus rapprochés, le ministère de la Défense nationale annonce, en effet, si ce n’est l’élimination ou l’arrestation de criminels armés, à tout le moins, la découverte de casemates et la récupération d’importants lots d’armes de différents types, de munitions de différents calibres et d’équipements divers, quand il ne s’agit pas des unes et des autres confondues.
Le tout dernier de ces «coups » a été porté hier, dans la wilaya de Médéa, où neuf autres terroristes ont été éliminés à Rouakèche, une zone à cheval entre les communes de Baâta et Bouchrahil ; «autres », parce qu’ils viennent s’ajouter aux quatre premiers qui ont subi le même sort le 8 du mois en cours, aux mêmes lieux et aux quatre de leurs complices qui y ont été arrêtés. Des lieux où se déroule toujours, selon le communiqué du MDN annonçant le bilan de l’opération menée hier, un vaste ratissage dans lequel sont engagés d’importants moyens humains et matériels. Ce qui laisse présager, dans les heures ou les jours qui viennent, tant les éléments de l’ANP engagés sur le terrain semblent parfaitement maîtriser la situation, un « étoffement » de ce bilan. Et, partant, celui général, concernant la seule période courant du début du mois de janvier passé à la fin de celui de mai 2016, rendu public dans le numéro de juin (de la présente année) de la revue El Djeich. Pas moins de 73 terroristes y ont été éliminés et 111 parmi lesquels se trouvent également des éléments appartenant à des groupes de soutien, arrêtés, a en effet indiqué la revue de l’ANP. Un bilan qui devient autrement plus expressif et «de ferme détermination et rigueur » de notre Armée nationale populaire à définitivement, éradiquer du sol national le fléau du terrorisme, et « de la permanente vigilance » dont elle doit faire preuve pour concrétiser cet objectif, quand on lui adjoint celui ayant trait aux résultats disons, matériels des opérations menées, en divers points du territoire national, qui ont permis la réalisation des résultats « humains » précités obtenus : durant la période susmentionnée, les forces de l’ANP ont toujours selon la revue El Djeich, « découvert et détruit 248 casemates et abris », et saisi, entre autres armements, « 485 fusils automatiques de type Kalachnikov, 42 fusils de type FMPK, 34 fusils de chasse, 25 fusils à pompe, 22 fusils semi-automatiques (de type) Simonov, 16 lance-roquettes RPG-7, 23 pistolets automatique de différents types, 723 grenades défensives et offensives, 49 canons de fabrication artisanale et 79 bombes de confection artisanale ». Pour réconfortants qu’ils soient, ces résultats n’en soulèvent pas moins, dans l’opinion publique des interrogations au demeurant, légitimes, sur les raisons à l’origine de ces succès à répétition de l’ANP, obtenus, pour reprendre les propos d’Abdelhamid Larbi-Chérif (Voir entretien ci-contre), ancien colonel du DRS à la retraite et, présentement, expert en lutte antiterroriste, « en un temps record ». Et, dans le même temps, «sur la permanence de la menace terroriste sur le pays ». Des interrogations et des craintes auxquelles le rappel, par la revue El Djeich dans son dernier numéro, de « la ferme détermination de l’ANP à éradiquer le fléau du terrorisme » a quelque peu répondu.
Mourad Bendris