Covid-19

L’ALGÉRIE FACE À LA PLUS « FORTE » ET « DANGEREUSE » VAGUE : Le retour au confinement total ou partiel est envisagé

En une semaine les contaminations de la covid-19 dans le pays se sont multipliées, après avoir franchi la barre des 400 nouvelles infections le 1er juillet, le seuil des 800 cas par jour a été franchi à nouveau vendredi. Une situation sanitaire « inquiétante » qui risque de s’aggraver davantage si l’opération de vaccination ne s’accélère pas, et si le relâchement dans les gestes barrières se poursuit.

En effet, selon le bilan du ministère de la Santé, les contaminations et les décès par le coronavirus en Algérie sont « impressionnants » ces derniers jours, ce qui confirme d’après les spécialistes que nous sommes face à une troisième vague de covid-19, après celles de l’été et de l’automne 2020. Pour le Pr Riad Mahyaoui, membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie, « la situation est très inquiétante et dangereuse », s’alarme-t-il, dans ce cadre et pour faire face à cette flambée, le spécialiste préconise deux solutions dont la plus importante porte sur une vaccination massive de la population. C’est le même avis partagé avec le professeur Reda Djidjik, chef de service d’immunologie au CHU de Béni Messous, indiquant avant-hier qu’ils (les professionnels de la santé) attendaient cette vague depuis des mois. Rappelant que « le processus de vaccination doit être accéléré pour revenir à une vie normale, et toute personne ayant la possibilité de recevoir le vaccin ne doit pas hésiter », expliquant que le taux de vaccination est lié au nombre de doses acquises par le pays. Il a également souligné sur les ondes de la radio régionale de Sétif que les citoyens doivent être sensibilisés à l’importance et aux objectifs de la vaccination pour contrôler cette épidémie, expliquant qu’il y a un manque d’information, ce qui a conduit à la propagation de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux. Il a indiqué que la délivrance de certificats de vaccination pour permettre l’accès aux lieux publics stimulerait et encouragerait le processus de vaccination.
Pour sa part, le directeur général de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), Fawzi Derrar, néanmoins membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la situation du Coronavirus, a tiré la sonnette d’alarme quant à l’aggravation de la situation épidémiologique en Algérie suite à l’augmentation du nombre des nouvelles contaminations à la souche indienne « Delta » plus féroce, contagieuse et répandue que la souche britannique. « Le nombre de contamination va doubler dans les prochains jours, il y a une terrible augmentation des cas quotidiennement », a souligné hier l’invité de la Radio de Sétif. Selon lui, «cette hausse était attendue à cause de nombreux facteurs interne et externe, ainsi que l’arrivée des nouvelles souches de coronavirus qui ont carrément changé les données ». « Cette vague est causée par la souche indienne « Delta » la plus répandue, avec un taux de 2,67%, et également par la souche « Alpha » britannique, où le taux de contamination est de 50,4% », a-t-il expliqué. Pour Derrar « Delta, est devenu une menace pour la population en raison de sa vitesse de propagation, où une seule personne atteinte du variant peut contaminer 8 personnes, contrairement aux autres variants », a-t-il alerté. Ajoutant que « s’il y a un engagement immédiat par les citoyens, nous assisterons à une forte contamination de cette troisième vague dans les deux semaines à venir, puis le nombre de contamination sera en baisse ». Le DG de l’IPA, a lancé un appel aux responsables des établissements et des entreprises à sensibiliser les travailleurs et à les inviter à se vacciner et à diffuser des messages positifs.
Sarah Oubraham