HCS 02

L’ALGÉRIE DÉMENT L’ENVOI DE TROUPES DE L’ANP AU SAHEL : Manœuvre makhzano-sioniste déjouée

Les tentatives visant à entrainer l’Armée nationale populaire dans le piège de l’interventionnisme militaire étant échouées par le passé, les cercles classiques connus à la doctrine du chaos font appel au voisinage immédiat de l’Ouest pour les besoins d’une nouvelle manœuvre.

Avec l’entremise de son allié sioniste, ainsi révélé, récemment, au grand jour, le Makhzen, dans le but de ramener l’Algérie sur le terrain miné du Sahel, actionne sa propagande. Face à cette campagne médiatique, aussi invraisemblable qu’elle suppose un engagement des forces de l’ANP dans le Sahel, le ministère de la Défense nationale a dénoncé une manœuvre de trop qui ne tient qu’à l’intox et la désinformation.
Peut-être tentera-t-il encore un coup voué à l’échec, sachant qu’Alger ne peut pas trahir sa position inflexible par rapport au droit international des peuples à la libération. Et encore moins revenir sur le principe de non-ingérence dans les affaires internes de pays tiers, qui fonde sa politique extérieure. Si la nouvelle Constitution permet à l’Algérie, après le feu vert de son Président et l’approbation de son Parlement, d’envoyer des unités de son armée hors-frontières, le tout sous l’égide de la communauté internationale, le seul but étant le maintien de la paix. Dès lors, donc, accuser l’ANP d’avoir expédié des troupes dans le cadre de la force G5 Sahel relève d’une manœuvre qui s’abreuve d’amalgames. En effet, dans un communiqué, diffusé hier sur son site web, le MDN pointe du doigt « certaines parties et porte-voix de la discorde qui ont relayé, via leurs pages et comptes subversifs sur les réseaux sociaux, des allégations dénuées de tout fondement ». Lesquels obséquieux évoquent des « opérations menées par l’Institution militaire, au niveau interne et externe, répondent à des agendas et des instructions émanant de parties étrangères », cite le MDN. Mieux encore, ses mêmes langues disent que l’ANP « s’apprête » même à « envoyer des troupes pour participer à des missions militaires en dehors de nos frontières nationales sous le chapeau de puissances étrangères dans le cadre du G5 Sahel ». Au-delà d’élucubrations, le MDN estime que de telles accusations sont inadmissibles. Et au MDN de cibler, sans détour, l’axe Makhzen-Sionistes. Autrement, « Des intox qui ne peuvent provenir que d’ignares à la solde des services du Makhzen marocain et sionistes ». Ainsi, dans sa réponse cinglante, le MDN « dément catégoriquement toutes ces allégations tendancieuses et manœuvres sournoises, à travers lesquelles leurs auteurs croient pouvoir semer le trouble et déstabiliser le pays, et rassure l’opinion publique que l’ANP, digne héritière de l’ALN, n’a jamais été, et ne sera jamais, soumise dans ses actions qu’à l’autorité de Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale, et conformément à ses missions constitutionnelles explicites et aux Lois de la République, dans la défense de la souveraineté, de l’intégrité et de la sécurité nationales. Le MDN a tenu également à rappeler que toute participation de l’Armée, en dehors des frontières du pays, relève « de la décision du peuple algérien, conformément aux dispositions de la Constitution de la République ». Enfin, conclut le communiqué, « nous saluons le discernement des citoyens, conscients des conspirations et des complots qui se trament contre l’Algérie, désormais connus de tous, et dans l’intérêt suprême de la Nation, nous les appelons à davantage de vigilance quant aux fake news colportées qui visent désespérément à nuire à la stabilité de la Nation ».
Farid Guellil

Le Président a réuni le HCS
Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune a présidé, hier, une réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité consacrée à l’évaluation de la situation générale du pays, indique un communiqué de la Présidence de la République. « Le Président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, M. Abdelmadjid Tebboune, a présidé, dimanche 21 février 2021, une réunion périodique du Haut Conseil de Sécurité consacrée à l’évaluation de la situation générale du pays sur les plans sécuritaire, politique et économique », lit-on dans le communiqué. « Après avoir écouté les interventions des membres du Haut Conseil de Sécurité sur les questions inscrites à l’ordre du jour, le président de la République a donné ses instructions aux responsables, chacun dans son domaine de compétence », ajoute la même source. « Aussi, le Président Tebboune a salué les efforts consentis pour la préservation de la stabilité générale du pays, notamment ce qui a trait à la lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19) et le lancement réussi de l’opération de vaccination anti-covid », conclut le communiqué.