ordures

LA COLLECTE D’ORDURES FAIT DÉFAUT DANS DES COMMUNES À ALGER : Les déchets ménagers s’entassent depuis plusieurs jours dans des rues à Kouba

Alors que la lutte et la prévention contre le Covid-19 doit enregistrer un rythme soutenu voire davantage de mobilisation des moyens humains et matériels pour le nettoyage des rues et des boulevards, dans la Capitale et ailleurs à travers le pays, en raison de la propagation inquiétante du virus, nous constatons qu’au niveau de certaines communes d’Alger, des « montagnes » d’ ordures s’entassent, dépassant souvent les quatre à cinq jours. C’est le cas des deux rues menant vers les deux entrées de la Maison de la Presse de Kouba, Alger, où le décor répugnant de poubelles d’ordures débordées, jusqu’à inonder une partie du trottoir, s’offre aux regards des riverains, des passants et des travailleurs de la Maison de la presse, de jour comme de nuit. Il est à se demander sur quoi se penchent les responsables locaux de l’APC de Kouba ou ceux des services de Net-Com dans leur bureaux quand on assiste, à longueur de journée et pour plusieurs jours, à ces tas d’ordures à travers la commune de Kouba. Il est regrettable de constater que dans la plupart du temps ce sont seulement les rues et les boulevards avoisinants le siège de l’ Assemblée populaire communale de Kouba qui sont soulagés des poubelles débordantes. Et la commune de Kouba n’est pas le seul exemple. D’autres localités dans la capitale et à travers le pays offrent ce même décor répugnant, alors qu’il suffit de davantage de sensibilisation sur l’implication du citoyen sur la question des dépôts d’ordures dans les communes de la Capitale. Il est possible de se débarrasser de ces images qui donnent de la laideur à nos rues et boulevards, en se débarrassant d’abords des mauvaises habitudes, dont celle de fournir le moindre effort, alors que les temps exigent des responsables locaux d’assumer leur rôle avec conscience, dans la gestion des espaces publics des communes, notamment en matière propreté, en cette crise sanitaire du Covid-19 et la période des grandes chaleurs que nul n’ignore.
Karima B.