John Bolton

JOHN BOLTON : L’Algérie est un partenaire stratégique pour les États-Unis

L’ancien Conseiller à la sécurité nationale des États-Unis a déclaré que l’Algérie est un partenaire stratégique pour les États-Unis sur un éventail de dossiers, plaidant pour le renforcement de la coopération antiterroriste entre Alger et Washington. Dans un entretien accordé au Centre algérien de diplomatie économique (CADE), M. Bolton a indiqué que « les États-Unis ont d’excellentes relations de coopération avec l’Algérie sur tout un éventail de questions, c’est un partenaire stratégique, nous voulons tous la stabilité en Afrique du Nord et dans la région méditerranéenne ». Invité à commenter la décision de Trump de reconnaître la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental et l’impact que cela comporte sur les relations algéro-américaines, M. Bolton a jugé que « le renversement d’une politique américaine de longue date n’était pas une bonne idée (…) surtout quand il s’agit d’un problème qui affecte la sécurité nationale de l’Algérie ». « Je pense donc que c’était une grave erreur à bien des égards et j’espère que cela n’a pas d’effet négatif durable sur les relations américano-algériennes », a-t-il ajouté. S’agissant de la menace terroriste qui demeure, pour lui, « très sérieuse », il pense que « les États-Unis devraient augmenter la coopération antiterroriste avec l’Algérie, car, dit-il, les deux pays ont évidemment un désir commun de voir résoudre la crise en Libye ». « (…) L’anarchie en Libye est une situation terrible pour le peuple libyen certes, mais présente aussi le risque de menace terroriste dans le monde entier, et déstabilise surtout d’autres pays de la région qui font face à des menaces et des dangers à l’intérieur de leurs propres frontières à cause de la situation en Libye », a-t-il soutenu. Par la même occasion, l’ancien diplomate ayant à son actif de longues années d’expérience en matière de sécurité internationale, a noté l’existence d’ »un certain nombre de difficultés auxquelles est confronté le Sahel et une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Atlantique à la frontière égyptienne ». De toute évidence, souligne-t-il, « la crise en Libye se poursuit sans grande perspective d’une solution, une situation qui a produit des flux migratoires en Europe et en Afrique du Nord ». Par la même occasion, M. Bolton, également auteur d’un ouvrage : « The Room Where It Happened: A White House Memoir », dit s’attendre à ce que soit accordé beaucoup d’attention à la manière dont l’administration Biden cherche à résoudre certaines questions stratégiques, dont les menaces de prolifération des armes de destruction massive, la menace du terrorisme et la résolution des conflits régionaux, et bien d’autres.
R. N.