vaccinp3

VACCINATION CONTRE LA COVID-19 : La campagne élargie à 20 wilayas

Entamée samedi à partir de la wilaya de Blida, épicentre de la pandémie à son apparition, puis dans la capitale, Alger, l’une des villes les plus infectées par le virus corona, la campagne de vaccination contre la Covid-19 se poursuit pour son quatrième jour pour toucher graduellement l’ensemble des wilayas du pays, comme l’avait déjà affirmé le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie, Djamel Fourar. Selon la directrice de l’approvisionnement au niveau de l’institut Pasteur, zoulikha Samay, vingt (20) wilayas du pays au total avaient déjà réceptionné le vaccin russe « Sputnik V » dans le cadre de la stratégie fixée par le ministère de la Santé portant classement de l’éligibilité à la vaccination. C’est-à-dire les professionnels de la santé, les personnes âgées de plus de 65 ans et celles qui sont atteintes de maladies chroniques. Elle a précisé que les lots destinés aux collectivités locales ont été fixés “proportionnellement au nombre de leurs populations respectives et aux cas de contaminations au virus qu’elles ont enregistrées, sachant que des représentants des wilayas concernées prennent part à l’opération d’acheminement, depuis l’IPA, des convois qui leur sont destinés et ce, sous une escorte renforcée de la Gendarmerie nationale. La représentante de l’IPA a ajouté que parmi les wilayas récipiendaires du vaccin russe, figurent Alger, Tizi-Ouzou, Tipasa, Sétif, Oran, Jijel, Tlemcen, Batna, Mostaganem ainsi que Ouargla et Biskra, sachant que le transport des vaccins se fera par route et par voie aérienne, pour les destinations les plus éloignées. Ainsi plusieurs wilayas parmi les plus touchées par la pandémie avaient entamé, hier, la campagne de vaccination selon la stratégie mise au point par le pays, dont Tizi-Ouzou, Boumerdès, Constantine, Tlemcen, Oran, Tipasa, Mostaganem, Relizane ainsi que Tébessa, ont rapporté des médias. La campagne se poursuivra progressivement pour atteindre toutes les wilayas du pays. La priorité a été également donnée aux wilayas les plus touchées par la pandémie.

Cap sur l’immunisation de 60% de la population
Cette opération va s’étaler sur toute l’année 2021 pour arriver à l’immunisation de 60% de la population, et se fera progressivement sur une plateforme numérique mise en place pour faciliter la tâche des citoyens afin de s’inscrire et de réserver leurs rendez-vous pour recevoir le vaccin contre le Coronavirus, ainsi que pour suivre leurs cas après la vaccination, cette dernière permet de savoir le nombre de vacciné durant cette opération. Il faut dire que cette première semaine de la campagne vaccinale est surtout l’occasion de la mise en place, la distribution, l’acheminement et l’organisation des équipes chargées de la vaccination, et qu’une opération plus vaste devrait intervenir dans les semaines à venir. Ainsi à Boumerdès, à titre d’exemple, l’opération a été entamée et toutes les mesures nécessaires ont été prises pour que le processus de vaccination contre le coronavirus soit un succès à se fier à la déclaration du directeur de la santé de cette wilaya, Saïd Ouabbès, précisant que la wilaya avait reçu une quantité suffisante de vaccin pour lancer l’opération. Il a fait également savoir que, 72 équipes médicales et mobiles ont été affectées dans les zones d’ombre loin du siège de la wilaya pour accomplir cette mission qui touchera en premier lieu le personnel médical et les personnes âgées, ainsi que les personnes chargées des tâches stratégiques dans la wilaya. À Tizi-Ouzou, une wilaya durement frappée aussi par la pandémie l’opération a été lancée à partir de l’EHS Cardio de Draa Ben Khedda. Dimanche dernier, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui s’est fait vacciner devant les caméras a rassuré que la quantité des doses du vaccin contre la Covid-19 que l’Algérie compte importer sera « suffisante », pour assurer cette opération. Pas moins de 8 000 centres sont réquisitionnés, selon les autorités, pour assurer une vaccination optimale ou presque de la population ciblée.

L’Algérie produira dans les semaines à venir le vaccin russe
Sollicitée depuis plusieurs semaines déjà par la partie russe afin de fabriquer le vaccin Spoutnik V localement, l’Algérie a finalement accepté l’offre de son allié russe. L’option s’est encore précisée dimanche après l’entrevue entre le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, et l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Alger, Igor Beliaev. Lors de cette rencontre, les deux parties ont retenu le principe «d’initier des contacts dans le but d’instituer une coopération bilatérale dans le domaine de la fabrication du vaccin anti-Covid-19 russe, Spoutnik V en Algérie». À croire également le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, cité par le site d’information « La patrie news », le premier flacon, pourrait probablement voir le jour dans peu de temps. « Le dossier technique de Spoutnik V se trouve en Algérie depuis un mois et demi déjà » a-t-il affirmé, assurant qu’une une visite techniques des équipes d’experts et de techniciens russes est programmée dans les prochains jours pour valider les capacités humaines, technologiques et techniques de nos outils de production ». Le projet a été d’ailleurs réaffirmé mardi sur le plateau de la télévision publique, par le directeur général de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques, Kamel Mansouri, indiquant que la fabrication du vaccin russe  contre la Covid-19, Spoutnik V, va démarrer dans les semaines à venir. Ce dernier a expliqué que les discussions avec la partie russe étaient à un stade «très avancé», estimant, par ailleurs, qu’il était temps pour l’Algérie de passer de pays importateur de vaccin à celui de producteur-exportateur.

La revue « The Lancet » confirme l’efficacité du vaccin russe
Selon des résultats publiés mardi dans la revue médicale The Lancet et validés par des experts indépendants, le vaccin Spoutnik V, est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du Covid-19, balayant ainsi d’un revers de la main toutes les critiques essuyées par la Russie à propos de son vaccin notamment un prétendu manque de transparence sur son développement. « Le développement du vaccin Spoutnik V a été critiqué pour sa précipitation, le fait qu’il ait brûlé des étapes et une absence de transparence. Mais les résultats rapportés ici sont clairs et le principe scientifique de cette vaccination est démontré », ont estimé deux spécialistes britanniques, les professeurs Ian Jones et Polly Roy, dans un commentaire joint à l’étude du Lancet. Pour rappel, l’Algérie a reçu lundi une cargaison de 50 000 doses du vaccin AstraZeneca -un vaccin anglo-suédois- commandé par l’Algérie dans le cadre de sa stratégie de lutte contre la pandémie de la Covid-19. Cette cargaison vient s’ajouter à celle reçue vendredi dernier à l’aéroport militaire de Boufarik (Blida), consistant en 50 000 doses du vaccin russe Sputnik V.
Brahim Oubellil