IL JUGE QUE LA RÉVISION DE LA CONSTITUTION EST UNE PRIORITÉ : Le MSP appelle à un dialogue « inclusif »

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), réuni vendredi et samedi, en session ordinaire du Conseil national consultatif (Majlis Echoura) », pour débattre de la vision politique du parti sur les questions d’actualité sur le double plan interne et externe, a rendu public la déclaration finale à l’issue des travaux de cette rencontre.
Lors de cette rencontre, le Dr Abdelkader Samari, a été élu à la tête du Conseil national consultatif (Majlis Echoura), haute instance du parti, a-t-on appris d’un communiqué du MSP.
Plusieurs questions d’ordre national et international ont été abordées au cours de cette réunion de deux jours, entre les membres de ce parti d’obédience islamiste, réunis pour établir le bilan annuel 2019, la stratégie 2020 et la vision du parti sur l’actualité brûlante au double plan interne et externe.
Sur le plan politique, la formation du défunt Mahfoud Nahnah a mis en avant l’importance d’un dialogue inclusif et transparent, seule voie, aux yeux de ce parti, permettant la satisfaction de toutes les revendications du mouvement populaire et l’édification d’une nouvelle ère.
Revenant au projet de l’amendement de la Constitution, le parti de Abderrezak Makri estime qu’il s’agit d’une priorité nationale pour changer la nature du système politique, garantir les libertés et assurer la séparation des pouvoirs dans le cadre du respect de l’identité et de la souveraineté du peuple algérien à travers un référendum crédible, tout en appelant à une conception consensuelle des lois régissant la vie politique pour établir un climat transparent où la souveraineté doit revenir au seul peuple.
S’agissant du volet économique, le MSP appelle à agir en urgence pour élaborer une vision claire avec la contribution de tous les partenaires pour sortir le pays de la crise et du système rentier.
Il a surtout appelé le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent afin de préserver le pouvoir d’achat du citoyen algérien et protéger les franges les plus fragiles de la société pour une vie décente.

Le parti « n’a pas reçu d’invitation» de la Présidence
Le MSP a averti, par ailleurs, contre la prolifération des discours de la haine basés sur le régionalisme et l’extrémisme auxquels il faut remédier en prêchant la paix et la tolérance entre les enfants du même peuple.
Concernant la crise libyenne, le Conseil a appelé la diplomatie algérienne à intensifier ses efforts pour réunir les frères libyens à travers une solution politique pour préserver la stabilité de ce pays voisin.
Contacté hier par nos soins, Abderahmane Saïdi, cadre du MSP, a affirmé que parti n’a, du moins à sa connaissance, reçu aucune invitation pour l’heure, de la part du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour participer aux consultations initiées par la Présidence avec les personnalités nationales et politiques afin de débattre de situation globale dans le pays et l’amendement de la Constitution. « À ma connaissance, le parti n’a été destinataire d’aucune invitation allant dans ce sens », a-t-il souligné. « Si c’était le cas, le président du parti nous aurait certainement informé lors des travaux de la 4e session ordinaire du Conseil national consultatif (Majlis Echoura) », a-t-il précisé.
B. O.