JSK

Il en est à son 8ème coach depuis qu’il a présidé la JSK : Mellal devenu véritable «bouffeur» des entraîneurs

On ne le dira jamais assez, le football algérien est malade de ses dirigeants. Cela se vérifie du reste dans cette instabilité chronique au niveau des barres techniques de nos clubs. Certains de ces derniers voient même défiler trois entraineurs sur le banc de leurs équipes respectives en l’espace d’une seule saison.
C’est que ces dirigeants trouvent toujours en leurs coachs leurs fusibles préférés à chaque fois que les supporters montent au créneau pour contester les mauvais résultats de leurs formations favorites.
Il se trouve que même les grandes écuries du championnat algérien n’échappent à cette fâcheuse habitude qui porte davantage de préjudice au sport populaire dans le pays, déjà gangrené par ses interminables problèmes financiers et autres scandales liés à la corruption et la mauvaise gestion.
Parmi les exemples qu’on peut citer dans ce registre, il y a celui de la JSK, soit le club le plus titré en Algérie. En effet, les Canaris viennent de s’offrir les services de Youcef Bouzidi qui succède au Tunisien Yamen Zelfani, limogé le samedi, au lendemain du nul concédé par les ‘’Canaris’’ à domicile contre le CABBA pour le compte de la première journée du championnat. En fait, Youcef Bouzid, qui est à son deuxième passage chez le club phare du Djurdjura, est le septième technicien à être nommé à la tête des Jaune et Vert sous l’ère du président Cherif Mellal, qui n’est en poste pourtant que depuis moins de trois ans, puisqu’il a été élu en début février 2018 pour remplacer feu Moh Cherif Hannachi. Le boss kabyle a changé en moins de deux saisons six entraîneurs. Nouredine Saâdi a été la première victime du boss des Canaris qui l’a limogé au bout de quatre semaines seulement avant de faire appel à Youcef Bouzidi qui lui, est resté donc trois mois à la JSK.
Mellal a ensuite engagé le Français Franck Dumas qui est le seul entraîneur jusqu’à présent qui a tenu avec lui une saison. L’actuel driver du CR Belouizdad qui a réussi à qualifier la JSK à la Ligue des champions africaine, en ratant même de peu le titre, a dû quitter la Cité des Genêts en raison de «divergences de vues» avec la direction du club. Il sera remplacé par son compatriote Hubert Velud qui sera remercié six mois plus tard pour mauvais résultats.
Pour pallier le départ de l’actuel sélectionneur du Soudan en janvier 2020, Mellal choisit la solution interne en confiant l’intérim à Jean-Yves Chay, alors directeur technique du club. Il avait même tenté de conserver celui-ci jusqu’à la fin de la saison, avant de changer finalement d’avis et recruté un mois plus tard le Tunisien Zelfani.
Ce dernier qui a obtenu quelques bons résultats durant l’exercice écoulé avant son arrêt définitif en raison de la pandémie du Covid-19, est limogé dès la première journée de la nouvelle saison. Une première sans doute dans l’histoire de la JSK. À souligner enfin que l’entraîneur adjoint de la JSK, Mourad Karouf, un enfant de la maison, a préféré quitter son poste. La direction du club a annoncé la promotion de l’ancien défenseur international, Abdelouahab Tizarouine, qui faisait office jusque-là d’entraineur adjoint de la réserve, au poste de premier assistant de Bouzidi.
H. S.