Covid-19

HAUSSE DES CONTAMINATIONS AU CORONAVIRUS : Mises en garde contre les prémices d’une troisième vague

La situation sanitaire est de plus en plus préoccupante avec la montée crescendo des contaminations qui dépassent désormais la barre des 400 cas. Les professionnels de la santé qui sont en première ligne face à la pandémie depuis son avènement mettent en garde contre l’arrivée imminente d’une troisième vague au moment où la protection et la prévention ne font plus partie des habitudes de la majorité des citoyens.
Les voyants sont donc au rouge depuis plusieurs jours en ce qui concerne la situation sanitaire en Algérie. L’inquiétude est à son sommet au moment ou la campagne de vaccination connait peu d’engouement, alors que les mesures de prévention sont complètement abandonnées. Tout cela marqué par un retour quasi normal à la vie quotidienne et ce dans divers domaines avec notamment l’ouverture des frontières. L’augmentation des cas de contaminations intervient, en outre, au moment ou toutes les mesures de confinement sont levées, et ou la saison estivale vient d’être entamée. Chose qui compliquera davantage la situation risquant d’échapper au contrôle comparant à l’année précédente où le confinement était en vigueur, ce qui avait contribué à ralentir la propagation du virus. En effet, à la même période de l’année précédente, le nombre de cas contaminés au Covid-19 dépassait les 450 alors que les plages, hôtels, et toutes les destinations de loisirs étaient totalement fermées. De plus à cette période, les moyens de transport en commun n’avaient toujours pas repris, ainsi que plusieurs autres activités commerciales à l’instar des restaurants et des cafés. Tout cela pour dire que la vigilance et la prudence devraient être les maîtres mots en cette période, et les citoyens devraient prendre en considération et sérieusement les mises en garde du personnel médical qui ne cesse de tirer la sonnette d’alarme face à l’afflux de patients atteints du virus vers les hôpitaux et les services de réanimation. Un état de fait qui montre clairement que la situation épidémiologique est entrain de rebondir après une certaine stabilité.

Pr Bouamra Abderrezak : « tous les signes montrent qu’on fait face à une 3e vague »
Le professeur Abderrezak Bouamra, spécialiste de la médecine préventive à l’hôpital de Tipaza a déclaré que tous les signes montraient que l’Algérie fait face actuellement à une troisième vague de la pandémie et ce en raison de la propagation importante du variant britannique. S’exprimant hier sur les ondes de la radio locale de Sétif, Bouamra a souligné que les services de réanimation au niveau de la capitale, de Tipasa, de Blida et beaucoup d’autres grandes villes sont chargés de patients atteints de covid, assurant que la plupart sont des cas graves et dans un état critique. Le même intervenant a dans ce contexte déclaré que les cas covid vont davantage augmenter les prochains jours, incitant à cet effet les citoyens à aller se faire vacciner, et à respecter les mesures de prévention dont le port du masque et la distanciation physique. Écartant toutefois l’éventuel recours au confinement, Bouamra a insisté cependant sur la nécessité de l’application urgente de mesures fermes dans les espaces publics.

Kamel Senhadji : « le retour au confinement écarté»
Le professeur kamel senhadji,  directeur de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, a écarté un éventuel durcissement des mesures de confinement.
Il a souligné la nécessité d’accélérer le rythme de la vaccination pour éviter la troisième vague du coronavirus, ainsi que pour atteindre l’immunité collective et contrer la pandémie de covid-19. d’autre part, le professeur a appelé à renforcer les moyens logistiques, techniques et humains, à savoir augmenter le nombre de lits dans les hôpitaux, y compris les unités de soins intensifs, satisfaire la demande en matière d’oxygène médical et assurer un approvisionnement régulier en médicaments essentiels. Il est bon de signaler que le nombre hebdomadaire des nouveaux cas confirmés de covid-19 ne cesse d’augmenter passant de 1 375 cas entre le 15 et le 21 mai à 2 553 cas entre le 19 et le 25 juin, soit un taux d’augmentation de 85,7 % durant un mois. Au bilan de la journée de jeudi 1er juillet 449 nouveaux cas ont été enregistré ainsi que 10 décès. Le total des cas 140 075 dont 449 cas durant les dernières 24 heures, celui des décès à 3.726 cas, alors que le nombre de patients guéris est passé à 97 380 cas, précise le communiqué.
Ania Nait Chalal