HASSAN RABEHI

HASSAN RABEHI, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT: «Les présidentielles sont le vœu de la majorité des Algériens»

Hassan Rabehi, qui cumule les fonctions de porte-parole du gouvernement et de ministre de la Communication s’invite dans les prochaines élections présidentielles, prévues le 12 décembre. Étant le premier membre du gouvernement Bedoui à s’en exprimer, notamment deux à trois jours après l’annonce de la convocation du corps électoral par Abdelkader Bensalah, Rabehi viendra consolider la décision en estimant que la «majorité» des Algériens sont d’«accord» avec l’organisation des élections. Autrement dit, «les élections présidentielles pré- vues le 12 décembre prochain, sont le vœu de la majorité des Algériens, étant donné que c’est la voie salutaire pour permettre à notre pays de consolider sa stabilité et de réunir les conditions de son développement au mieux des intérêts de notre peuple», a-t-il noté. En plus de défendre le choix opéré par le pouvoir exé- cutif, le porte-parole du gouvernement Bedoui n’a pas tari d’éloge sur la position et le rôle joué par l’état-major de l’ANP sur l’échiquier de la crise politique en cours depuis l’avènement du Mouvement du 22 février. Ainsi, intervenant, hier, à l’installation des membres du jury chargés d’attribuer le « Prix du président de la République du journaliste professionnel pour l’année 2019 », Rabehi a fait savoir qu’au niveau de son département, « nous travaillons dur et sincèrement pour créer les conditions dans lesquelles le journaliste jouira pleinement de ses droits, ainsi que les conditions qui lui permettent de travailler dans une atmosphère plus cohérente et à quoi aspirent les aspirants, que ce soit en termes de conditions pratiques ou de vie sociale. » Et de poursuivre : «la préparation d’un ensemble de textes pour permettre aux journalistes d’accomplir convenablement leur métier et de consacrer leurs pleins droits. Comme nous sommes convaincus que la presse dans son ensemble est une performance et un moyen d’éduquer la société et d’exprimer ses pré- occupations et de l’accompagner pour le bien de tous », a-t-il indiqué. La formation des jurés du Prix du président de la République du journaliste professionnel, dont le thème est consacré cette année aux « Vertus du dialogue » sera donc constitué de Khadidja Khelifi, représentante du ministère de la Communication, Mahdia Belmessek, représentante du ministère des Finances, Mohamed Kechroud, représentant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et Hassen Mandjour, représentant du ministère de la Culture. Il s’agit également de Bouzid Ould El Hossine, représentant de la Télévision nationale, de Mohamed Badreddine, représentant de la Radio nationale, Ahmed Merabet, représentant de la presse publique, Abdelwahab Djakoun, représentant de la presse privée, Faïza Yakhlef et Abdelhamid Sahel, représentants de la Faculté des sciences de l’information et de la communication. Par ailleurs, au monument où le ministère de la Communication prépare la 5e édition du Prix du président de la République du journaliste professionnel, les journalistes et autres techniciens du Groupe Média Temps Nouveaux continuent d’endurer l’insoutenable calvaire de travailler sans salaire, alors que la nomination d’un administrateur avait laissé poindre une lueur d’espoir. En effet, l’un des responsables au sein du groupe a écrit, hier, sur sa page facebook « cela fait presque 5 mois que les travailleurs du groupe Media Temps Nouveaux n’ont pas perçu leurs salaires. Un administrateur a été nommé pour préserver les emplois et verser les arriérés de salaires», rappelle ce responsable qui décrit « Une situation intenable pour les quelques 400 travailleurs qui risquent de voir la situation se compliquer encore davantage». Peut-être, une nouvelle lueur d’espoir pour les salariés du groupe médiatique, à la faveur des propos tenus par le ministre de la Communication et porte -parole du gouvernement. «Le gouvernement n’a pas l’intention d’abandonner les entreprises médiatiques qui sont actuellement en situation de difficulté», a rassuré Hassan Rabehi.
Med Wali