Hadj

Hadj : Report des inscriptions au tirage au sort à dimanche prochain

Le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a annoncé mardi dans un communiqué, le report à dimanche au lieu de mercredi (demain) de l’opération relative aux inscriptions au tirage au sort pour les personnes désirant accomplir le Hadj.
«Le ministère de l’Intérieur porte à la connaissance des citoyennes et citoyens désirant accomplir le devoir du Hadj que l’opération des inscriptions au tirage au sort au titre des saisons 2020 et 2021 a été reportée au dimanche 15 décembre 2019 au lieu du mercredi 11 décembre 2019 comme il a été annoncé précédemment», a précisé la même source. Le ministère avait annoncé auparavant, dans un communiqué, que l’opération des inscriptions «se poursuivra jusqu’au 18 janvier 2020 et le tirage au sort aura lieu samedi 25 janvier 2020». Les inscriptions engloberont cette année les saisons du hadj successives (2020 et 2021), en application des décisions du Conseil interministériel du 7 décembre 2019, soulignant que cette formule «s’inscrit dans le cadre des démarches des autorités publiques visant à donner une plus grande chance aux citoyens souhaitant accomplir le Hadj, en sus d’assurer une bonne organisation de l’opération et de fournir les meilleurs services aux Hadjis», ajoute le communiqué. Le ministère de l’Intérieur invite les citoyens souhaitant accomplir le pèlerinage pour cette saison à s’inscrire via l’application mise à leur disposition sur le site web du ministère (www.interieur.gov.dz) sans avoir à se déplacer au siège de leurs communes de résidence.

Le transport sera largement assuré à Alger ce jeudi de 5h30 à 00h30
L’Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger (ETUSA), a annoncé mercredi que le transport dans la capitale sera largement assuré à travers son réseau régulier durant la journée du jeudi 12 décembre et ce de 5h30 du matin jusqu’à 00h30. Selon un communiqué de l’ETUSA, le réseau de l’Entreprise verra, également «un renforcement « au niveau des nouvelles cités récemment inaugurées. Il s’agit des localités de Ain El Malha, Ouled Fayet, Birtouta, Cité Chaibia, Souidania, Baba Hassan, Sidi Abdellah, Douera, Haouch El Gazouz, El Dalia et El Kerrouche.

Dix blessés dans un accident de la circulation près de Ghardaia
Dix personnes ont été blessées dans un accident de circulation survenu mardi en début de matinée sur la RN-1, près de Mansourah (sud de Ghardaia), a-t-on appris auprès de la Protection civile (PC). L’accident est survenu suite à une collision frontale entre deux bus assurant la liaison El-Menea/ Alger et Hassi Messaoud /Adrar, causant dix blessés souffrant de traumatismes.
Ces derniers ont été évacués vers les établissements sanitaires d’Ain Leseg et Métlili, les plus proches du lieu de l’accident. Une enquête a été ouverte par les services de la Gendarmerie nationale afin de déterminer les circonstances précises de cet accident.

Ouverture d’une enquête sur une liste de 100 logements LPA à Khemisti (Tipasa)
Le wali de Tipasa, Mohamed Bouchama, a ordonné l’ouverture d’une enquête sur la liste des bénéficiaires des 100 logements promotionnels aidés (LPA), rendue publique dernièrement dans la commune de Khemisti, a-t-on appris, mardi, auprès des services de la wilaya. Il s’agit, selon la même source, d’un programme de 100 unités LPA, dont la liste des bénéficiaires, à Khemisti, a été rendue publique la semaine passée, par les services de la daïra de Bou Ismail.
La liste a fait l’objet d’une vague de protestations et de plaintes introduites auprès des services du cabinet du wali, en invoquant la présence d’»indus bénéficiaires». Suite à l’examen de ces plaintes, est-il ajouté, le wali a décidé le «gel de cette liste à titre conservatoire», avec l’ouverture d’une enquête administrative sur l’»éligibilité des personnes ayant fait l’objet de recours à ces logements», a-t-on souligné de même source. La même décision de gel englobe, également, est-il précisé, les bénéficiaires ayant déjà versé la première tranche du prix du logement, «dans le cas de l’attestation de leur non éligibilité», est-il souligné, par ailleurs.
Les citoyens protestataires ont accusé les services du logement de la daïra de Bou Ismail et de la commune de Khemisti , de «connivence», et de l’»attribution de logements à des personnes étrangères à la localité», avec la «falsification de certificats de résidence», ont indiqué un groupe de citoyens, à l’APS. Toujours selon les services de la wilaya, le wali de Tipasa s’est engagé à œuvrer pour «garantir la transparence de l’action de la commission», et à «dénoncer toute personne osant se jouer des droits des citoyens», a-t-il assuré.
Il a, par la même, appelé «au calme et à la sagesse» et «à garantir les conditions nécessaires au travail de la commission d’enquête loin de toute pression». À noter que l’enquête en question va englober tous les bénéficiaires, au même titre que les services concernés par le dossier du LPA, selon la même source, qui a affirmé que la «loi sera rigoureusement appliquée dans le cas de l’attestation d’une négligence, ou d’une connivence, de quelque partie qu’elle vienne».

Trois ans de prison ferme pour l’ex-directeur de l’agence foncière de Bir Djir (Oran)
L’ex-directeur de l’agence foncière de la commune de Bir El-Djir (B.B) a été condamné, mardi, à une peine de trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de cité Djamel (Oran). Le procureur de la République avait requis, le 26 novembre dernier, une peine de 7 ans de prison ferme à son encontre. Le mis en cause est poursuivi pour faux et usage de faux, escroquerie et l’utilisation abusive de sa fonction. Le procureur de la République avait également requis une amende de 500.000 DA à l’encontre du mis en cause. Cette affaire revient après que l’accusé ait introduit une opposition, suite à un premier verdict de 5 ans de prison ferme prononcé à son encontre par le même tribunal en janvier 2017.
Selon les faits relatés durant l’audience, l’affaire remonte à 2010, lorsque le propriétaire d’un terrain, sis à Bir El-Djir, sur lequel il avait édifié une usine, a été notifié d’un avis d’expulsion. Le même jour, les services de l’APC de Bir El-Djir, accompagnés d’éléments de la gendarmerie nationale, se sont rendus sur les lieux pour exécuter la décision d’expulsion. Le propriétaire de l’usine a prése nté aux responsables de l’APC et aux forces de l’ordre tous les documents attestant l’achat du terrain en question en 2004, qui s’étale sur 2.000 m2. Sur ces faits, les éléments de la gendarmerie nationale ont lancé une enquête et une plainte a été déposée pour la récupération du terrain, qui s’est avéré être la propriété de la commune de Bir El-Djir. En 2012, après une série d’enquêtes préliminaires, de nombreuses anomalies ont été découvertes dans le dossier en relation avec le terrain en question. Les documents présentés par le propriétaire de l’usine mentionnaient, entre autres, une délibération falsifiées de l’APC de Bir El-Djir remontant à juillet 1997 concernant le terrain et signée par l’accusé. Ce dernier a été alors arrêté et placé en détention, puis jugé par le tribunal correctionnel de cité Djamel qui l’a condamné à 5 ans de prison ferme.