Marche étudiants

GRANDE MARCHE NATIONALE DES TRAVAILLEURS : Le 1er Mai retrouve son sens

La Journée internationale des travailleurs sera célébrée, cette année en Algérie, dans un contexte particulier. Le premier mai 2019 sera, sans doute, marqué par une mobilisation sans précédant des travailleurs de tous les secteurs, à travers le territoire national. Une grande marche est, à cet effet, prévue dans la Capitale à l’appel de la Confédération des syndicats algériens (CSA). Celle-ci devra avoir lieu à partir de la place premier mai jusqu’à l’esplanade de la Grande-Poste. En effet, alors que le pays connaît depuis plus de deux mois, une crise politique sans précédent, marquée, notamment, par un mouvement populaire pacifique ayant attiré le regard du monde entier, la fête du premier mai promet d’être un évènement qui fera largement parler de lui. Demain, donc, les travailleurs de tous secteurs confondus qui ont choisis de nommer cette occasion de «deuil des travailleurs », vont occuper les rues du Centre de la Capitale, mais aussi des autres grandes villes du pays pour marquer cette journée à travers, certainement, des slogans revendiquant une situation meilleure des travailleurs mais surtout d’exprimer leur soutien au mouvement populaire pacifique, entamé le 22 février dernier, qui revendique l’édification d’un État de droit et rejette le système actuel et toutes ses figures. La Confédération des syndicats algérien composée de 13 formations syndicales représentant le secteur de la Fonction publique et des secteurs économiques, avait précisé que la marche du premier mai sera l’occasion de dénoncer les entraves et les répressions au libre exercice syndical ainsi que des licenciements abusifs. Sur le plan politique, la CSA revendique l’accélération de la mise en place de la phase de transition dirigée par des personnalités consensuelles acceptées par le peuple, rejette les consultations engagées par le chef de l’État par intérim, Abdelkader Bensalah, considérant la démarche de manoeuvre visant à casser le mouvement populaire, refuse l’organisation des élections présidentielles le 4 juillet 2019 et dénonce enfin les abus et la répression des manifestants lors des différentes manifestations par certains services de sécurité. Il convient de souligner que la célébration de la fête internationale des travailleurs intervient également au moment où des milliers de voix s’élèvent pour le départ du Secrétaire général de la Centrale syndicale, (UGTA) Abdelmadjid Sidi Saïd, connu pour être parmi les figures du système politique dont la date a expiré. Depuis le début du mouvement populaire, des syndicalistes et des travailleurs ont organisé plusieurs rassemblements au niveau du siège de l’UGTA pour appeler, en effet, à la démission de Sidi Saïd, et pour se réapproprier cette organisation qui a longtemps dévié de ses principaux objectifs; à savoir : la défense des droits des travailleurs.

Ania Nait Chalal