cinama france

France : Plusieurs salles de cinéma referment leurs portes, faute de spectateurs

À deux semaines et demie de la réouverture, les salles de cinéma françaises peinent à attirer des spectateurs, d’autant que l’absence de grosses productions à l’affiche n’attire pas grand monde.

«Ce n’est pas tellement une question de faible fréquentation à cause des mesures sanitaires, que celle de l’absence de films nouveaux, notamment des blockbusters américains », expliquait jeudi matin la nouvelle ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, sur France Inter. Après un espoir éphémère, la faible fréquentation a contraint plusieurs exploitants à baisser encore le rideau, temporairement du moins, durant l’été. Plusieurs salles sont frappées de plein fouet par la chute du box-office, notamment des cinémas d’art et essai l’Hémisphère Theater à Coulommiers, un complexe de quatre salles, ainsi que le Palace de Montluçon (cinq salles), qui ne rouvriront pas avant le mois d’août. Ce n’est pas moins de 80% de baisse de fréquentation qu’accuse le Palace, dont la direction déclare : «Avec une réouverture timide après 100 jours de fermeture, la fréquentation actuelle des cinémas en France est largement en dessous de l’équilibre économique ». « Nous nous y attendions au vu du manque de nouveaux films mais les résultats sont actuellement en dessous de nos prévisions les plus pessimistes. Malheureusement cette fréquentation risque de perdurer face au manque de films porteurs pour les semaines à venir au mois de juillet.» Les gérants n’arrivent pas à attirer un public au-delà du noyau dur de nos spectateurs. C’est aussi le cas de L’Épée de bois, un cinéma de quartier du Ve arrondissement parisien, qui a lui aussi préféré fermer durant cette période que les distributeurs espèrent transitoire sans pouvoir dire combien de temps va durer cette période de vaches maigres, tout en espérant rouvrir «dans les plus brefs délais». A part les cinéphiles endurcis, qui constitue le noyau dur des spectateurs les plus fidèles, le cinéma est en crise depuis l’avènement de la pandémie.
Le public habituel des salles est surtout composé de familles et d’occasionnels, qui viennent voir les films commerciaux. Le groupe international Megarama, qui possède 23 salles en France métropolitaine, a quant à lui fermé deux de ses complexes art et essai en Saône-et-Loire et dans le Jura sans préciser d’éventuelle date de réouverture.
L’Axel de Chalon-sur-Saône (quatre salles) aurait réalisé 166 entrées entre le 22 juin et le 7 juillet, soit trois à quatre fois moins que l’an dernier, tandis que le Palace de Lons-le-Saunier (trois écrans) aurait attiré 289 spectateurs sur la même période, soit cinq à six fois moins que l’an passé. «Nous exploitons un autre cinéma, généraliste, dans chacune de ces villes, mais nous n’avons pas assez de films pour nourrir les écrans, explique le président du groupe Jean-Pierre Lemoine dans Le Film Français. Nous les rouvrirons lorsque nous aurons des films.»
D’après Box Office Pro, certains cinémas réaliseraient seulement 10% de leurs entrées habituelles depuis la réouverture des salles le 22 juin. Confrontés à cette inquiétante statistique, plusieurs exploitants songeraient à mettre une partie de leur personnel en chômage technique jusqu’à août, en attendant la sortie des blockbusters Mulan et Tenet qui devraient relancer la machine pour de bon.
A.E.T. avec agences