Bedoui

FORMATION DU GOUVERNEMENT BEDOUI : Les consultations se poursuivent

Le Premier ministre Nouredine Bedoui et son vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra continuent leurs consultations en vue de la formation du nouveau gouvernement. Ce dernier devrait être composé de «Compétences nationales avec ou sans affiliation politique» a indiqué, hier, à l’APS, une source «bien informée» et la nouvelle équipe, poursuit la même source «reflétera de manière significative les caractéristiques démographiques de la société algérienne» est-il précisé.

Lors de sa conférence de presse, qu’il a animée, il y a quatre jours, Nouredine Bedoui avait affirmé, jeudi dernier, que les membres de son gouvernement seront connus par l’opinion nationale«dans les tous prochains jours». Après sa première sortie depuis sa nomination, au poste de premier ministre, 11 mars dernier, par le chef de l’État, la conférence de presse de M. Bedoui a coïncidé, non sans hasard, la veille de la grandiose mobilisation citoyenne, vendredi dernier, du mouvement populaire pacifique, lequel a réagi, en refusant de s’inscrire dans la dynamique explicitée par Bedoui et son vice premier ministre, jeudi passé, dans le cadre de la feuille de route annoncée par le chef de l’État. La même source a fait savoir à l’APS, qu’une séance de travail a eu lieu entre MM. Bedoui et Lamamra, durant laquelle, parmi les points abordés, celui ayant trait à « la structure du prochain gouvernement» devant être «de large ouverture», d’où la poursuite des consultations en vue d’approcher des représentants de la société civile, les formations et personnalités politiques qui «en exprimeraient le souhait» est-il indiqué, d’aboutir à la mise en place dudit gouvernement. Il apparait clairement, que les efforts des deux hommes consentis, depuis leur nomination le 11 mars dernier, à ce jour, peinent à réussir à clôturer la liste définitive des ministres devant composer l’équipe de Bedoui, alors que celui-ci avait annoncé quatre jours auparavant, à savoir jeudi dernier, qu’elle sera communiquée «dans les tous prochains jours». S’agit-t-il d’une difficulté liée aux conséquences et impacts du 4e vendredi des manifestations populaires pacifiques à travers le pays, ayant dépassé en nombre et en maturité, les attentes des uns et des autres, notamment en exprimant leur refus de ce qui a été avancé par Bedoui et Lamamra, selon la feuille de route annoncée par le Chef de l’État ? Ou s’agit-t-il d’une difficulté à trouver des profils divers et d’horizons différents et compétents, disposés à être dans le gouvernement en question ? En l’absence d’éléments pour trancher sur ces deux questions, du fait des carences liées à la communication de nos institutions, on ne peut qu’indiquer que le Premier ministre et son vice-ministre poursuivent leurs consultations en vue de la formation d’un gouvernement le plus possible élargi, sur fond de la situation en cours dans notre pays, notamment celle relative, au mouvement populaire pacifique inédit, dans l’histoire du pays, réclamant le changement pour l’édification d’un État de droit.
Karima Bennour