palestinep3

FACE À LA COLONISATION SIONISTE DE PEUPLEMENT : Les Palestiniens sur les fronts de la résistance populaire et armée

À la résistance palestinienne armée qui ne cesse de surprendre les responsables militaires et politiques de l’entité sioniste, ces derniers font face, de jour comme de nuit aussi à la résistance populaire des palestiniens, dans les territoires occupés de 48, El-Qods occupée, en Cisjordanie, une résistance qui est partie d’un quartier, Cheikh Jerrah pour se propager comme une goutte d’huile, contre les pratiques barbares propres à un système colonial de peuplement, qu’a érigé le sionisme international et ses soutiens en Palestine depuis, 1948.

De l’expropriation de familles palestiniennes de leurs maisons, dans le sillage de la politique expansionniste de l’entité sioniste, qui n’est pas à sa première dans le quartier de Cheikh Jerrah, les responsables israéliens étaient loin de penser que le refus de dizaines de familles palestiniennes à abandonner la maison de leurs ancêtres allait se manifester, par tout un peuple, dans une dynamique d’unité dans l’action et par divers moyens qu’offre la résistance. Hier, si les tirs de dizaines de roquettes par la résistance armée, à Ghaza, contre Tel Aviv, en réponse aux bombardements israéliens contre les civils, enfants, femmes vieux et moins vieux de Ghaza, le passage des roquettes au-dessus de la Cisjordanie avant d’atteindre le ciel de Tel-Aviv en quelques minutes, a été filmé et salué par des cris de joie des palestiniens, femmes et hommes. Quelques minutes auparavant, le Premier ministre de l’entité sioniste appelait les israéliens « à rester et à demeurer dans les abris », allant jusqu’à inviter les colons israéliens, près de Cisjordanie et Ghaza « à demeurer à proximité», pour éviter d’être touchés par les tirs de roquettes de la résistance palestinienne.
La mobilisation de la jeunesse palestinienne ne désemplit pas, notamment celle de Cisjordanie, qui depuis ces deux derniers jours, s’est amplifiée, affrontant par des jets de pierres, les points de positionnements des soldats israéliens. La machine répressive de l’entité sioniste, par l’usage, faut –il le souligner de balles réelles, des gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes contre les manifestants palestiniens, en Cisjordanie, à El Qods occupée, se poursuit, ainsi que les bombardements intenses contre Ghaza. Hier le ministère palestinien de la Santé a fait état de 188 victimes, dont 55 enfants et 33 femmes à Ghaza, depuis le début des frappes israéliennes qui ont causé aussi plus de 1230 blessés, dans la bande de Ghaza, qui faut-il le rappeler est sous blocus israélien depuis 2007. Dans la journée d’hier, les images d’un enfant martyr extrait des décombres d’un immeuble touché par les bombardements de l’armée sioniste ciblant la rue El Wihda (l’Unité :ndlr) à Ghaza a fait le tour du monde, à quelques heures avant la tenue de la réunion du Conseil de sécurité sur la Palestine.
Si pour des membres permanents détenteurs du droit de véto, principalement les États Unis et la France œuvreront, pour la énième fois à discourir et manœuvrer sur fond de leur soutien aveugle à l’entité sioniste, légitimant sa barbarie à Ghaza en raison des roquettes qui pleuvent sur Israël et les colonies, qu’en est-il des palestiniens poursuivis, tabassés et laissés pour morts par les colons israéliens, les soldats et les policiers, dans les territoires palestiniens occupés de 1948. Les alliées d’Israël accourent pour aider Israël à sortir de la situation inédite, dans laquelle elle se trouve, depuis des décennies, affrontant cette nouvelle génération de Palestiniens qui s’est élevée pour crier au monde avant Israël « ça suffit avec le système sioniste colonial en Palestine ». Pensant qu’après des années d’extension de colonies juives, d’expulsions de familles palestiniennes, de nombreuses années de blocus sur Ghaza, d’occupation de la ville sainte d’El-Qods, d’expropriation de palestiniens, musulmans et chrétiens, pour s’accaparer davantage de leur terre et biens, opération couronnée par l’annonce de Trump sur El Qods et les Accord d’Abraham, la voix et l’action palestinienne populaire et armée ont dévié cette trajectoire.
Pensant pouvoir enterrer la volonté d’un peuple, en nouant des liens avec les Émirats, Maroc, Bahreïn et le Soudan, en faisant notamment retirer le Soudan de la liste des États commanditaires du terrorisme ou en faisant reconnaître par Washington la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, les responsables israéliens, à leur tête Netanyahu se rendent compte, de l’insignifiance de ces annonces, face à l’impact et la portée de la résistance populaire et armée du peuple palestinien, laquelle se manifeste sur l’ensemble des territoires de la Palestine, pour rappeler au monde, que le droit à la terre figure en tête de liste des droits de l’Homme que tout système colonial ne reconnait pas, dont celui de l’entité sioniste, une colonisation de peuplement en Palestine depuis 1948, à nos jours.
Karima Bennour