Conseil des ministres

RÉOUVERTURE PARTIELLE DES FRONTIÈRES : Cinq vols/jour de et vers Alger, Constantine et Oran à partir du 1er juin

Comme il fallait s’y attendre, le Conseil des ministres réuni hier par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a approuvé une décision concernant la réouverture des frontières aériennes, à partir du 1er juin prochain, comme indiqué dans un communiqué sanctionnant les travaux de cette réunion, et publié sur le compte Facebook de la Présidence.

Pour ce faire, et d’ores et déjà, un plan opérationnel a été proposé et soumis à l’examen par le ministre des Transports. Ce plan consiste en la programmation de cinq vols quotidiens de et vers trois aéroports du pays, notamment Alger, Constantine et Oran.
Ceci dans un premier pas inaugurant de fait la réouverture partielle des frontières aériennes de l’Algérie avec des pays étrangers. Toutefois, ce plan de vol dont il sera question, au cours de cette semaine, de définir les règles d’application, sera soumis à un protocole sanitaire strict pour parer à toute propagation du nouveau coronavirus.
Le Conseil des ministres a également approuvé le projet portant révision du Code des pensions militaires. Ce qui permettra de répondre aux revendications des personnels militaires à la retraite, comme engagement récemment pris par le chef de l’État lui-même, lequel, dans un Conseil précédent, a promis de réviser la loi à l’effet de satisfaire totalement la demande des effectifs de l’Armée nationale populaire.
Autre dossier sur lequel s’est penché et examiné lors de cette réunion périodique de l’Exécutif sous la présidence du chef de l’État, l’argent de la corruption détourné par les responsables de l’ancien régime. En effet, et à ce titre, le président Tebboune, après avoir écouté un exposé du ministre des Finances sur la question, a ordonné la création d’un compte spécial pour l’encaissement des montants récupérés jusque-là par l’État par l’intermédiaire de la Justice qui a rendu ses jugements dans les différentes affaires de corruption. Sur un autre volet portant sur les finances publiques, il a été question d’une instruction concernant l’argent thésaurisé dans le circuit informel. Pour tenter d’aspirer ce montant, situé entre 6 000 et 10 000 milliards de dinars en circulation (chiffres communiqués récemment par le Président lui-même), le ministre des Finances a été instruit d’adopter un nouveau moyen qui consiste à proposer l’achat de bons de Trésor.
Egalement prise comme décision lors de ce Conseil, et portant sur le commerce extérieur, l’interdiction, désormais, de l’importation du marbre, la céramique et la porcelaine, comme instruction ferme adressée par le chef de l’État.
Il convient de noter, enfin, que le Conseil des ministres a adopté un certain nombre d’autres projets dans les secteurs de l’Énergie et des Mines, des Énergies renouvelables, le Commerce et les Travaux publics.
F. Guellil