Petite enfance

ÉPANOUISSEMENT ET PROMOTION DE LA PETITE ENFANCE : Appel à la mise en place d’un programme national

Le président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (FOREM), Mustapha Khiati, a appelé à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de l’enfance à la mise en place d’un programme national destiné à la prise en charge de cette catégorie de la société dans différents domaines en vue de sa promotion, rappelant l’importance de cette étape de la vie dans le développement de la personnalité de l’individu.

Un appel qui intervient alors que le cadre environnemental permettant l’épanouissement de la petite enfance de moins de 5 ans est, en effet, quasi inexistant au moment ou les lois pour la protection de cette catégorie ne manquent pas. Cette démarche, tellement essentielle, pour le bien-être de nos enfants peut se traduire à travers un programme d’activités régulières et durables et non-occasionnelles incluant des activités culturelles, parascolaires, sportives, musicales et profitant surtout à tous les enfants du pays notamment ceux des zones enclavées qui nécessitent une prise en charge plus accentuée en raison de leurs conditions de vie difficiles. À noter d’autre part, que le professeur khiati a également appelé à la mise en place d’une loi englobant les différents textes juridiques relatifs à l’enfance.

Plus de 2400 enfants victimes de violences depuis janvier 2021
Il est essentiel, par ailleurs, de tirer la sonnette d’alarme sur l’aggravation du phénomène de violence contre les enfants. Selon la responsable du Bureau de protection des personnes vulnérables à la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), la commissaire de police Yasmine Khouas, les services de la Sûreté nationale ont enregistré au cours des quatre premiers mois de  2021, un total de 2.453 enfants victimes de différentes formes de violences, dont 1.035 cas de coups et blessures volontaires. Elle a ajouté que 871 d’entre eux ont 14-15 ans, 397 sont âgés entre 10 et 13 ans et 333 ont moins de 10 ans. De son côté, la Déléguée nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, Meriem Cherfi, a évoqué les politiques et les programmes mis en place par les pouvoirs publics pour la protection et la promotion de l’enfance. Rappelant les missions de l’Organe national de protection et de promotion de l’enfance (ONPPE) qu’elle préside, Cherfi a précisé que cet organe créé en vertu de la loi 15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protection de l’enfant contribuait à la coordination des efforts entre les différents intervenants dans le domaine de l’enfance via une commission permanente englobant des représentants de plusieurs secteurs et instances concernés et de la société civile. La Déléguée nationale a, par ailleurs, souligné l’importance du numéro vert 11-11 mis en place par l’ONPPE pour le signalement de toute atteinte aux droits de l’enfant ainsi que de la cellule d’écoute en charge de l’examen des signalements au niveau de l’organe.
Ania Nait Chalal