Ceuta

Ceuta : Le Conseil européen des relations extérieures stigmatise le marchandage du Maroc avec ses propres citoyens 

Le Conseil européen des relations extérieures (ECFR) a estimé que le roi du Maroc, Mohamed VI, a commis une « erreur stratégique en pensant qu’en ouvrant les frontières de Ceuta, il forcerait l’Espagne à changer de position sur le Sahara occidental, comme son père l’a fait avec la « Marche verte » en 1975″, pour envahir et occuper militairement le territoire .

« Seuls les régimes les plus abjects font du trafic avec leurs propres citoyens » pour atteindre des objectifs de politique étrangère « , a déclaré l’ECFR dans un article publié sur le site du Centre européen et signé par le directeur de sa branche en Espagne, Nacho Tori Blanca.
Selon l’ECFR, ce chantage marocain  n’est pas nouveau puisque «  La Marche verte » marocaine au Sahara occidental en novembre 1975 avait le même objectif d’imposer un fait accompli à l’Espagne après que Madrid ait abandonné son ancienne colonie et que le régime Hassan II l’occupe militairement. « Il est presque certain que le Maroc espèrait  que ses actions à Ceuta poussent à terme le gouvernement espagnol à changer de position sur le Sahara occidental. »  Pourtant, le roi Mohamed VI, ajoute le  Think Thank   commet « une triple erreur de calcul géostratégique » en pensant qu’il peut imiter son père avec une nouvelle « Marche verte » contre l’Espagne.

L’Espagne n’est pas un État faible
l’auteur écrit que la  « coalition au pouvoir (PSOE / UP) peut être fragile en interne, compte tenu des divisions parmi ses membres sur le Maroc et le Sahara occidental. En raison de la sensibilité des relations bilatérales avec Rabat, Madrid peut ne rien montrer dans ses déclarations publiques sur le Maroc ». « Mais ce n’est pas 1975 et l’Espagne n’est pas dirigée par un dictateur mourant. Elle n’est pas non plus confrontée à une transition vers la démocratie qui pourrait être menacée par une guerre coloniale et rien ne justifie que Rabat réagisse  en mettant en danger la vie de milliers de ses citoyens ».
La deuxième erreur commise par « Rabat, qui peut être contre – productive , est que les immigrés clandestins qui arrivent à Ceuta ne sont pas des partisans du gouvernement marocain. Leur objectif déclaré n’est pas  Ceuta mais  vivre mieux »,  écrit -t-il .
Pour l’auteur de l’article « malheureusement, Mohamed VI règne sur  un pays sans avenir et sans travail pour ses jeunes, donc ce n’est pas la fierté d’être marocain qui pousse les gens à se rendre à Ceuta, mais l’échec des politiques et élites marocaines » qui accaparent toutes les richesses du pays. »
Selon l’article du Think Thank  la troisième erreur commise par le Maroc est de croire  que  l’Espagne est isolée. » l’Espagne fait partie de l’Union européenne (UE) que ses États membres – la France en premier  même si elle n’est pas d’accord avec l’Espagne concernant le Sahara occidental, n’accepteront pas le marchandage de l’immigration, surtout si elle est utilisée comme chantage politique « . « Rabat devrait écouter attentivement les déclarations émises par les institutions de l’Union européenne dans lesquelles elles expriment leur solidarité avec l’Espagne et rappelant que les frontières de Ceuta sont européennes « , affirme l’auteur. Pour le Centre européen une solution diplomatique au conflit au Sahara occidental est possible et  peut préserver les intérêts fondamentaux de chaque partie et réaliser le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination (…)
M. B.