Autiste

ENFANTS AUTISTES : Benbouzid promet une meilleure prise en charge

À l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la santé mentale, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a souligné que les politiques adoptées en Algérie permettaient de promouvoir les droits des patients et de la santé mentale. Affirmant que la psychiatrie doit également être renforcée dans les prisons et les établissements psychiatriques, ainsi que chez les enfants. Le ministre a révélé que depuis le mois de mars, des instructions ont été données par le Conseil scientifique pour prendre en charge les personnes souffrant de troubles mentaux, où un site internet spécial sera lancé pour prendre en charge les enfants autistes. Et la mise en place d’un centre de traitement alternatif aux opiacés pour soigner les addictions, qui se dotera de six nouveaux centres début 2022. Également, le ministre a déclaré que la pandémie de coronavirus aura un grand impact psychologique qui nous oblige à déployer plus d’efforts pour prendre soin des malades. Rappelant en outre, que cette année, le thème de cette Journée mondiale fixé par la Fédération mondiale pour la santé mentale, est « la santé mentale dans un monde inégal ». À ce fait, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) regrette un manque d’investissement de la part des États membres. Un rapport de l’OMS dresse un bilan mitigé sur l’année écoulée. Le communiqué relève que 51 % des États membres de l’OMS « ont déclaré que leur politique ou plan en matière de santé mentale était conforme aux instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits humains, soit bien en deçà de la cible de 80 %». Seul objectif atteint : la baisse de 10 % du taux de suicide. « La plupart des objectifs en matière de santé mentale fixés pour 2020 ne sont pas atteints » peut-on lire dans le communiqué. En cause, le manque d’investissement et de moyens des pays pour fournir aux populations les soins et services de santé mentale adéquats. Un besoin pourtant criant à l’heure de la pandémie de Covid-19. Certaines catégories de la population, dont les soignants, les étudiants, les personnes seules, et celles déjà atteintes de maladies mentales, ont été particulièrement touchées.
Sarah O.