Arrestation

ELLE ACTIVE SOUS COUVERT D’UNE ASSOCIATION CULTURELLE NON-AGRÉÉE ET EST FINANCÉE PAR UNE REPRÉSENTATION DIPLOMATIQUE À ALGER : Une bande de 8 personnes démantelée à Alger

Une bande criminelle qui se compose de 8 individus, versant dans la subversion en milieu des marches du Hirak, et activant sous couvert d’une association culture non-agréée sise à Bab El-Oued, Alger, a été démantelée par les éléments de la Sûreté de wilaya d’Alger, selon un communiqué de la DGSN. Les premiers éléments de l’enquête ont révélé que ladite association a été financée par une représentation diplomatique d’un pays puissant à Alger. Pour preuve, un chèque de 130 millions dans le compte bancaire émis depuis l’étranger. E n effet, explique le communiqué de ce corps de sécurité, « Les services de Sûreté de la wilaya d’Alger, représentés par la circonscription Centre de la police judiciaire et la Sûreté de la circonscription administrative de Bab elOued ont arrêté une bande criminelle qui a réussi, à travers le financement d’une représentation diplomatique d’une grande puissance étrangère à Alger, à acquérir des équipements et du matériel technologique moderne utilisés dans la production de films et de documentaires provocateurs et la réalisation de pancartes et d’affiches pour les utiliser à des fins subversives lors des marches populaires (Hirak) ». « Cette pseudo-association culturelle, composée de 8 suspects âgés entre 26 et 60 ans, active sous le couvert d’une association culturelle non agréée, sise à Bab el Oued à Alger », ajoute-t-on de même source. Portée dans le cœur des locaux de l’association en question et supervisée par les Procureurs de la République près les tribunaux de Sidi M’hamed et de Bab elOued, à Alger, l’opération permis la saisie de 677 pancartes imprimées, 7 unités centrales de micro-ordinateurs, une caméra numérique haute résolution, un film documentaire, 3 scanners et 12 imprimantes, précise la DGSN. « Sur la base des données judiciaires fournies par le Parquet, les investigations menées dans l’une des institutions financières ont permis d’aboutir à la source du financement étranger de cette association, dont les responsables ont avoué avoir reçu un financement étranger sous le couvert d’une prétendue activité culturelle », ajoute la source. Après le parachèvement des procédures légales en vigueur, les mis en cause ont été présentés devant les juridictions compétentes pour le besoin de la poursuite de l’enquête et le jugement des mis en cause.
F. G.