9.9 C
Alger
27 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

ELLE A OPÉRÉ UNE NOUVELLE SÉRIE DE CRIMES DANS LES TERRITOIRES OCCUPÉS : Israël viole la trêve !

Évoquant un « nouveau génocide à Ghaza et en Cisjordanie occupée », le Commissaire aux droits de l’homme des Nations unies a déclaré que « la reprise des combats à Ghaza est désastreuse », ayant tué « plus de 60 Palestiniens depuis la fin de la trêve », et affirmé que « 45 roquettes ont été tirées en direction de la bande de Ghaza ».
Refusant toutes les offres de la Résistance de prolonger la trêve humanitaire temporaire et la libération d’autres détenus, l’entité sioniste est  le premier responsable de ce revirement. Alors que dans la région de Sheikh Radwan, à Ghaza, l’occupation a ciblé une école pour personnes déplacées, et que tous les centres d’hébergement du camp de Jabalia ont été visés par des dizaines de fumigènes, et un certain nombre de personnes ont souffert d’étouffement, un colon israélien a poignardé une Palestinienne enceinte dans la ville occupée de Lod, alors qu’elle s’apprêtait à emmener ses enfants à l’école. Suite à la reprise des bombardements dans la zone d’Al-Shima, au nord de Ghaza, plusieurs blessés ont été transférés à l’hôpital Kamal Adwan, où la situation est catastrophique et dangereuse, en raison de son incapacité à accueillir le nombre de blessés.
En Cisjordanie occupée, l’armée sioniste mène des incursions quotidiennes, accompagnées d’affrontements, d’arrestations, de tirs et de bombes lacrymogènes contre les Palestiniens. Selon le Club des prisonniers palestiniens, l’armée israélienne avait arrêté 40 Palestiniens dans la nuit de mercredi à jeudi, portant le nombre total de détenus en Cisjordanie occupée à 3 365, depuis le début des affrontements. Des opérations qui ont été principalement menées à El-Khalil, Beit-Lehm et El-Qods occupée.

Attachés à leur terre, les Ghazaouis n’iront nulle part
Soutenue par les pays occidentaux, à leur tête les États-Unis, l’entité sioniste n’a toujours pas réussi à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixé, depuis le 7 octobre et ses agressions barbares sur la bande de Ghaza, déjà sous blocus depuis plus de 16 ans. Notamment l’objectif de déloger les Palestiniens de Ghaza, alors que les Ghazaouis n’ont cessé d’afficher leur détermination à demeurer sur leur terre et leur attachement à la  Résistance armée, dans son combat légitime contre l’occupation israélienne. À ce titre, selon les médias israéliens, après que le ministre israélien de la Sécurité, Yoav Galant, avait déclaré au secrétaire d’État américain, Antony Blinken que « le processus prendra des mois », le secrétaire d’État américain lui a répondu en disant : « Je ne pense pas que vous ayez des mois ».
Même si les USA continuent de fournir les armes nécessaires pour  que des enfants, des bébés, des  femmes continuent d’être la cible  de  la machine de guerre de l’occupant israélien, l’objectif sioniste semble démesuré, même pour son allié américain historique. En effet, la divergence entre  Washington et l’occupant israélien  est dans la durée. Surtout en sachant que le ciblage des civils à Ghaza par l’occupation est « délibéré et a été calculé à l’avance », comme l’a publié le magazine israélien « 972+ », à travers une enquête dans laquelle il évoque « les facteurs qui ont permis à l’armée israélienne de mener sa guerre la plus sanglante contre la bande de Ghaza ».

L’ONU, l’OMS et l’UNICEF dénoncent le massacre des Palestiniens
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « entre le 7 octobre et le 28 novembre, 427 attaques contre des services de santé ont été recensées dans les territoires palestiniens occupés, 203 dans la bande de Ghaza et 224 en Cisjordanie occupée », affirmant que « les services de santé et les civils devaient être activement protégés ».  Pour James Elder, le porte-parole de l’Unicef qui a diffusé en ligne, une heure après l’expiration de la trêve, une vidéo tournée dans un hôpital de la bande de Ghaza, « c’est une guerre contre les enfants ». Pour sa part, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que « 111 employés de l’organisation mondiale étaient morts depuis le début de l’agression de l’occupant  sioniste contre la bande de Ghaza », soulignant qu’« il s’agit de la perte de personnel la plus importante dans l’histoire de l’organisation ». Cependant, force est d’admettre que l’OMS, l’UNICEF et l’ONU se sont limité jusque-là à faire de simples constats, alors que l’agression militaire de l’occupant israélien a ciblé et encerclé des hôpitaux, et tué d’innocents civils, en violation du droit humanitaire. Des crimes de guerre devant être suivis de gestes forts,  d’autant plus que le personnel médical palestinien, les ambulances et même les écoles de l’UNRWA ont été la cible des frappes sionistes contre Ghaza durant près de 50 jours.

Le Qatar, l’Iran et la Chine condamnent la reprise du génocide
Condamnant les opérations prenant «les civils pour cible, la pratique des punitions collectives, et les tentatives de déplacement forcé des citoyens de la bande de Ghaza assiégée », le Qatar, à travers un communiqué de son ministère des Affaires étrangères, a exhorté la communauté internationale à « agir rapidement pour mettre fin aux violences à Ghaza, estimant que « la reprise des bombardements complique les efforts de médiation et exacerbent la catastrophe humanitaire ». L’Iran, de son côté, dans un message du porte-parole de la diplomatie iranienne posté sur X, a déclaré qu’« après avoir tué plus de 15.000 Palestiniens, les vampires sionistes ont lancé un nouveau cycle meurtrier avec le soutien continu du gouvernement américain ». « Il est évident que la responsabilité politique et juridique du massacre du peuple palestinien est celle des criminels du régime sioniste, mais aussi du gouvernement américain et des quelques gouvernements qui soutiennent ce régime d’apartheid », a-t-il conclu. Jeudi, le président chinois Xi Jinping a appelé à « la réalisation d’un État palestinien légitime et indépendant, et exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à « assumer ses responsabilités et à tout mettre en œuvre pour faciliter un cessez-le-feu, assurer la sécurité des civils et mettre fin à ce désastre humanitaire ». « La seule façon viable de régler la question palestinienne réside dans la création d’un État palestinien indépendant jouissant d’une pleine souveraineté sur la base des frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est pour capitale », a-t-il souligné.

La Résistance palestinienne ne reculera pas
L’occupation porte la responsabilité de la reprise de la guerre, alors que la Résistance palestinienne a démontré son engagement envers ce sur quoi il était convenu, mais l’ennemi a violé la trêve. À cet effet, le cabinet de guerre sioniste a été destinataire, en particulier à l’adresse de Natanyahu, d’une lettre et d’un message vidéo, d’un détenu israélien, après que sa femme et ses deux enfants ont été tués dans le bombardement israélien de la bande de Ghaza, diffusée par la Résistance quelques heures avant  le refus d’Israël de renouveler la trêve et le lancement,  vendredi dès 7 h du matin, de ses bombes. Les combats ont donc repris au nord-ouest de Ghaza, où la résistance a réussi à contrecarrer les tentatives d’avancée israélienne, sur 6 axes différents, notamment sur la colline de Qalibo à Beit Hanoun. Des tirs de roquettes ont été tirés vers les colonies de « Sderot » et « Ashkelon », alors que deux hélicoptères israéliens ont atterri pour transporter un certain nombre de blessés et de morts tombés dans une embuscade de la Résistance dans les zones de l’incursion. Des opérations confirmées par les différents factions de la Résistance armée palestinienne, qui ont déclaré que « la Résistance est inébranlable, et que le peuple palestinien est attaché à sa patrie et fera face à cette agression ». À cet égard, la Résistance a affirmé que la question des  soldats  israéliens détenus chez la Résistance armée palestinienne, devra être sur la table des négociations, et que leur libération  se fera  par  la libération de tous les détenus palestiniens dans les geôles de l’occupant sioniste.  « Nous ne reculerons pas devant l’objectif de vider les prisons d’occupation de leurs prisonniers », a-t-elle déclaré. En outre, un drone israélien Skylark a été abattu dans le ciel de la région centrale, au moment où un transporteur de troupes israélien, avec un obus « Tandum » et des mitrailleuses au nord de la ville de Ghaza, a été ciblé.
H. S. A.

Related posts

Il a refusé de remplacer Feghouli : le coup de gueule de Belaili

courrier

GRACE AUX NOUVEAUX PROJETS : L’Algérie envisage l’exportation de carburants

courrier

UNIVERSITÉ : Chems Eddine Chitour veut réformer le système LMD

courrier

TUNISIE : Ce pays qui n’en est pas un, au regard du … Makhzen

courrier

Criminalité : l’assassin d’un jeune à Tizi Ouzou, arrêté

courrier

Les limites d’un tapage médiatique de mauvais aloi : Les officiels algériens recadrent le Makhzen marocain

courrier