Education : Grève du Cnapest, aujourd’hui

Le Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Cnapest) est en grève renouvelable à partir d’aujourd’hui. L’action intervient à quelques jours seulement de la fin de la grève de deux jours, initiée par l’Intersyndicale de l’éducation. Les écoles seront, donc, une fois de plus, paralysées, malgré les consultations engagées avec la tutelle. Le mot d’ordre de grève du Cnapest est, ainsi, maintenu. Le syndicat qui, faut-il le rappeler, a participé au débrayage de la CSE, la semaine dernière, a décidé de monter au créneau une seconde fois, et menace de renouveler son action de contestation régulièrement. Cet appel se traduit par la non-prise en charge concrète des revendications du Cnapest, attestent ses représentants. Les consultations avec les représentants du ministère de l’Éducation auraient également échoué. Pour ce qui est des revendications du Cnapest, celui-ci appelle en premier lieu à la révision concrète et rapide du statut particulier, la promotion automatique des enseignants, et la réhabilitation de la situation des travailleurs. Le conseil revendique également le logement, la médecine du travail, la retraite après 25 ans de service, et aussi la prime de zone. Pour avoir plus de détails sur les raisons de ce énième débrayage, nous avons tenté de joindre le président du Cnapest, Nouar Larbi, mais en vain. ,Par ailleurs, le Conseil des lycées d’Alger (CLA) a rendu public, hier, un communiqué dans lequel il exprime son rejet face à l’attitude de la ministre de l’Éducation dans sa façon de procéder pour répondre aux revendications urgentes et légitimes des enseignants.
Après l’organisation de son conseil national, vendredi passé, lors duquel il a été question des perspectives du mouvement de protestation de deux jours organisé les 10 et 11 du mois en cours, le CLA se dit, en effet, rejeter l’attitude de Nouria Benghebrit concernant la prise en charge de ses doléances. Le CLA accuse la ministre d’avoir usé d’un «langage menaçant à l’encontre des grévistes et de la politique de la carotte et du bâton pour détruire l’image de l’enseignant». Le Syndicat, condamne également le comportement agressif et violent des agents de l’ordre, lors du sit-in tenu par les enseignants contractuels et vacataires, devant le ministère de l’Éducation. «Ces enseignants ont recouru à ce moyen pacifique afin de demander leurs droits légitimes qui sont, l’intégration dans le secteur de l’Éducation et le payement de leurs salaires non encore perçus», peut-on lire dans le communiqué. Dans le même contexte, il regrette de voir la tutelle agir négativement en ce qui concerne les deux journées de grève, et qui veut porter préjudice aux enseignants grévistes. S’agissant de sa plateforme de revendications, le CLA rappelle dans son communiqué qu’il ne cesse d’appeler la tutelle pour procéder à une réforme du systeme éducatif. «Cette réforme est à l’origine de tous les problèmes que connaît le secteur de l’Éducation», souligne-t-on. D’autre part, le Conseil des lycées d’Alger réitère son engagement avec le regroupement syndical, ainsi que toutes les décisions qui seront prises à l’intérieur de celui-ci, tout en appelant la tutelle à entamer un dialogue sérieux et fructueux avec des moyens rationnels, pour résoudre tous les problèmes.
Ania Naït Chalal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>