Tribunal

Détenus porteurs du drapeau amazigh : De nouvelles condamnations au tribunal de Sidi M’hamed, hier

À peine quinze jours après avoir condamné 28 manifestants à de lourdes peines d’emprisonnement, le tribunal de Sidi M’hamed a annoncé, hier, un verdict semblable à l’encontre de 20 détenus du mouvement populaire pacifique.
Les manifestants pacifiques, dont onze sont placés en détention provisoire et neuf autres sous contrôle judiciaire, ont écopé d’une peine de six mois de prison ferme, assortie d’une amende de 20 000 DA. Pour l’étudiante détenue, Nour El Houda Yasmine Dahmani, elle a été condamnée à six mois de prison, dont quatre mois avec sursis et deux mois ferme. Ayant déjà purgé deux mois d’emprisonnement cette dernière a quitté, hier, la prison d’El- Harrach dans l’après-midi. Le procureur avait, rappelons-le, requis une peine de deux ans de prison ferme à l’encontre des mis en cause et une amende de 100 000 DA. Encore une fois, un rassemblement, à la sortie du tribunal, a été tenu à l’appel du Comité national pour la libération des détenus d’opinion (CNLD). Le procès qui a eu lieu le 18 novembre dernier a été, rappelons-le, boycotté par les avocats de la défense, qui ont quitté la salle d’audience, après avoir chanté l’Hymne national. Les robes noires ont eu recours au boycott, afin de dénoncer une «justice à deux vitesses» après que les tribunaux de Sidi M’hamed et de Bab El-Oued aient prononcé des verdicts différents à l’encontre de manifestants poursuivis pour les mêmes griefs d’accusation. Les avocats ont appelé, dans un communiqué, rappelons-le, à une marche des robes noires, ce jeudi, et à une grève générale, en ce même jour, le 28 novembre prochain. À l’issue d’une réunion du CNLD avec les familles des détenus, le comité a également, appelé à ce que la grève de jeudi prochain soit appuyée par un sit-in des mères des détenus à la place Maurice Audin à Alger.
Pour rappel, le 11 novembre dernier, s’est déroulé, au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger, le procès de 42 détenus d’opinion, arrêtés pour avoir brandi l’emblème amazigh. Sur les 42 personnes, 21 ont été condamnées par le juge du tribunal à une peine d’un an de prison dont six mois ferme et six mois avec sursis, assortie d’une amende de 30 000 DA. Le lendemain, soit le mardi 12 novembre, six autres détenus, accusés des mêmes chefs d’accusation et jugés le mardi 22 octobre dernier, ont entendu le verdict : Ils ont été condamnés à six mois de prison ferme, assortie d’une amende de 20 000 DA pour chacun d’entre eux. Mercredi 13 novembre, le juge du tribunal de Bab El-Oued, où ont comparu le mercredi 23 octobre, cinq détenus pour port du drapeau amazigh, a prononcé la relaxe sans aucune charge.
Lamia Boufassa