Ain Defla

Destinées aux communes d’Arrib, Mekhatria et El Amra (Aïn Defla) : Lancement courant 2019 de 30 opérations de développement

Au total, 30 opérations de développement seront lancées durant l’année en cours dans les communes d’Arrib, Mekhatria et El Amra (Aïn Defla), a annoncé le wali, Azziz Benyoucef.

Une enveloppe financière de 565 millions de dinars a été allouée à cet effet englobant 145 millions de dinars au profit d’Arrib, 150 millions de dinars pour Mekhatria et 270 millions de dinars pour El Amra, a précisé le wali à la fin de sa visite d’inspection dans les trois communes en vue de s’enquérir du taux d’avancement du plan de développement mis en place. M. Azziz Benyoucef a, dans ce cadre, fait état du lancement, durant la même période, de 9 opérations à Arrib, 15 à Mekhatria et 6 autres à El Amra, signalant que les opérations en question portent essentiellement sur des projets se rapportant aux routes, l’AEP, l’électrification, la jeunesse et sport, l’énergie, l’assainissement et l’éducation. L’enveloppe allouée à ces trois communes en vue d’y renforcer la dynamique de développement vient s’ajouter aux 1,17 milliard de dinars qui leur ont été octroyés au titre de l’année 2018, a-t-il relevé, observant que certains projets n’ont pas encore été lancés et ceux déjà lancés n’ont pas encore été achevés. Une fois sa visite aux communes en question achevée, le wali a présidé une rencontre-débat avec des représentants de la société civile en présence des directeurs de l’exécutif. Des questions liées notamment au cadre de vie du citoyen et aux voies et moyens à même de dynamiser le développement local ont été abordées. Tout en faisant remarquer que la présence, en grand nombre, des citoyens à ces rencontres dénote de l’intérêt porté à la gestion de leurs communes, le wali a fait savoir que l’objectif des tournées d’inspection qu’il mène depuis quelque temps dans un certain nombre de communes de la wilaya vise à s’informer d’éventuelles lacunes qu’il y a lieu de combler en matière de développement. Le wali a souligné que les spécificités des communes de Mekhatria, Arrib et El Amra, des régions rurales à vocation agricole, rend «nécessaire le renforcement d’un certain nombre d’activités, notamment celles pratiquées par les jeunes. Il a, en guise d’exemple, cité l’apiculture, appelant les responsables locaux à faciliter l’exercice de cette activité «aux répercussions économiques et commerciales indéniables», a-t-il dit. «Beaucoup de jeunes désireux de se lancer dans l’apiculture déplorent le manque d’aires susceptibles d’abriter cette activité», a-t-il relevé, assurant que ces jeunes affirment pouvoir se passer des aides attribuées par l’Etat, notamment pour l’acquisition des ruches. Pour le chef de l’exécutif, «il serait utopique de prétendre régler tous les problèmes par un coup de baguette magique», estimant «nécessaire le classement des doléances des citoyens selon l’ordre de priorité». Il a soutenu qu’en dépit de la conjoncture financière difficile traversée par le pays, l’Etat ne se désengagera pas de ses engagements à l’adresse des citoyens, promettant tenir des réunions similaires dans un mois, en présence des citoyens des mêmes communes. De leur côté, les citoyens des trois communes visitées ont soulevé un certain nombre de préoccupations portant essentiellement sur l’éducation, la jeunesse et le sport, ainsi que sur l’habitat rural, déplorant, pour certain d’entre eux, la «hogra» dont ils font l’objet de la part de responsables locaux qui, ont-ils soutenu, «refusent de les recevoir faisant ainsi fi de la réglementation en vigueur».