Lamamra-Saied

DÉPÉCHÉ À TUNIS, LAMAMRA REMET À KAÏS SAÏED UN MESSAGE DE LA PART DE ABDELMADJID TEBBOUNE : Deux voisins en concertations permanentes

Arrivé vendredi soir à Tunis, en visite de travail, en qualité d’Envoyé spécial du président Abdelmadjid Tebboune, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a été reçu hier, par le président tunisien Kaïs Saïed.

D’après un communiqué de la présidence tunisienne, cité par des médias tunisiens, l’entretien a porté sur la volonté commune de renforcer les liens fraternels entre les deux pays et d’ouvrir des horizons prometteurs de coopération selon de nouvelles visions, ainsi que d’approfondir le dialogue et de consacrer la tradition de concertation et de coordination continues. Une telle réunion, a précisé la même source, est l’occasion de donner suite aux résultats du Sommet arabe tenu à Alger et d’examiner un certain nombre de dossiers régionaux et internationaux d’intérêt commun. Des médias tunisiens avaient annoncé l’arrivée, vendredi soir à Tunis, de Ramtane Lamamra, qui a été reçu par son homologue tunisien, Othmane Jerandi. Ces médias avaient précisé que Ramtane Lamamra devait remettre une lettre du président Tebboune au président Saïed.
Enfin d’après-midi, le ministère algérien des Affaires étrangères a apporté plus de détails à la visite du représentant du Président à Tunis. Cette source a confirmé en effet que le chef de la diplomatie nationale a été reçu au palais de Carthage en qualité d’envoyé spécial du président de la République. À cette occasion, souligne un communiqué du MAE, Lamamra « a transmis les salutations du président Abdelmadjid Tebboune à son frère le président Kaïs Saïed à qui il a remis un message de fraternité qui s’inscrit dans le cadre du contact permanent entre les dirigeants des deux pays mus par un intérêt commun de hisser les relations de coopération bilatérale à des horizons meilleurs et d’approfondir la tradition de concertation et de coordination ».
La rencontre a permis « d’examiner les perspectives d’unification des efforts en vue de mettre en œuvre les décisions adoptées par les dirigeants arabes lors du sommet d’Alger », a ajouté la même source. Après avoir passé en revue la situation actuelle sur la scène régionale dans le contexte des défis politiques et économiques imposés par les tensions internationales, les deux parties ont relevé la convergence de vues et de positions des deux pays frères autour des menaces communes et les moyens d’y faire face. Comme l’a rapporté la presse tunisienne, Lamamra s’est entretenu également avec son homologue tunisien, Othmane Jerandi avec lequel « il a évoqué les prochaines échéances intéressant les deux parties tant au niveau bilatéral que multilatéral », a-t-on ajouté de même source.

Une tradition, au-delà du contexte de l’heure
L’Algérie a été toujours aux côtés du peuple tunisien, surtout dans les moments les plus difficiles qu’il a traversés, notamment dans la lutte contre le terrorisme mais aussi face à la crise économique que vit la Tunisie et à son impact social sur une grande partie de sa population. La convergence de positions est particulièrement évidente sur les questions et les problèmes de la région nord-africaine. En décembre 2021, la « Déclaration de Carthage » qui a sanctionné la visite d’État, effectuée par le président Tebboune en Tunisie, a traduit une vision nouvelle dans les relations entre l’Algérie et la Tunisie. Elle a confirmé la convergence des vues des deux présidents quant à la nécessité d’une « nouvelle approche de coopération, à même d’asseoir de nouvelles bases de partenariat bilatéral ».
En juillet dernier, la réouverture des frontières terrestres entre l’Algérie et la Tunisie, annoncée le 5 juillet 2022 à l’aéroport d’Alger par le président Tebboune à son homologue tunisien Kaïs Saied qui s’apprêtait à quitter le pays après avoir assisté aux festivités marquant le 60e anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie, a été perçue comme un geste politique qui traduit la contribution de l’Algérie à la stabilité de son voisin qui occupe une position stratégique dans un environnement instable du côté de la Libye et des pays du Sahel.
C’est également vu comme une opportunité de renforcement des échanges entre les citoyens des deux pays frères et de consolider les liens d’amitié et de fraternité entre les deux peuples frères. Les travaux de préparation d’un nouveau passage frontalier avec l’Algérie, au niveau de Ghardimaou, sont presque achevés. Selon la presse tunisienne, ce nouveau poste va relayer l’ancien passage et sera doté de plusieurs équipements comme les scanners, de façon à faciliter et accélérer le transit des personnes et des marchandises.
Concernant le contexte de la visite de Ramtane Lamamra à Tunis, les observateurs ont noté que le Sommet arabe, qui s’est déroulé les 1er et 2 novembre à Alger a ignoré le Sommet de la Francophonie que s’apprêtait à accueillir la Tunisie alors qu’il a tenu à apporter son soutien à d’autres manifestations internationales prévues en Égypte (27e session de la Conférence des États parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, COP 27), au Qatar Coupe du Monde de football 2022), au Maroc (9e Forum mondial de l’Alliance des Civilisations des Nations unies), aux Émirats arabes unis (COP 28) et en Arabie saoudite (« EXPO 2030″). Ce fait n’est pas passé inaperçu, et sa signification évidente a été confirmée par l’absence de l’Algérie au Sommet de la Francophonie.
M’hamed Rebah