DALIL BOUBAKEUR

DALIL BOUBAKEUR CÈDE SA PLACE A CHEMS-EDDINE HAFIZ : La Grande mosquée de Paris change de main

Recteur de la Grande mosquée de Paris depuis 1992, Dalil Boubakeur démissionne de son poste à l’âge de 79 ans. Et c’est l’un de ses colaborateurs immédiats, en la personne de Chems-Eddine Hafiz, avocat de son état âgé de 65 ans, qui lui succède à la tête de l’institution du culte musulman en France. Selon ses proches, repris par des sources médiatiques françaises, Boubakeur a décidé de prendre sa retraite pour «des raisons personnelles». Celui qui cumule également les fonctions de président de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam quitte ainsi l’une des institutions hautement stratégiques, représentant notamment la communauté musulmane en France, et même au-delà. Durant ses 28 ans de règne à la tête de la GMP, Boubakeur était un fervent défenseur d’un Islam intégré dans la société française, partisan du dialogue inter-religions et de la culture de non-violence et opposant aux pratiques de l’islamophobie. Natif de la wilaya de Skikda, en Algérie, Boubakeur a présidé aux destinées du Conseil français du culte musulman (CFCM) de 2003 à 2008, et avait assuré l’intérim de ce poste depuis le 30 juin 2019, avant de décider, samedi dernier, de prendre sa retraite définitivement. Quant à son successeur, Chems-Eddine Hafiz, né le 28 juin 1954 à Alger, le nouveau recteur de la GMP est un homme de droit issu de l’école algérienne. En mars 1986, il s’engage en tant qu’avocat à la Cour d’Alger et participe à la création de l’Association des jeunes avocats du barreau d’Alger. Une expérience dans le domaine qui l’a aidé à intégrer le barreau de Paris en février 1991 pour se spécialiser dans le droit international. Depuis lors, il a fait ses premières classes dans l’instance représentant la communauté musulmane, pour avoir été notamment vice-président de la Société propriétaire de la GMP, depuis 2001, et membre du Bureau exécutif du CFCM. Au-delà de tenir les guides de la plus haute représentation de la communauté musulmane en France, l’Algérie accorde une importance stratégique à la Grande mosquée de Paris. Derrière, les tentatives de récupération et de réorientation de ce lieu de culte par les milieux radicaux au profit notamment de l’idéologie wahabite.
Farid G.