Auto

CRÉDIT AUTOMOBILE : Le financement peut atteindre 85% du prix du véhicule

Le président directeur général de la banque Extérieure d’Algérie (BEA), Lazhar Latreche, a révélé que les crédits à la consommation destinés aux particuliers désirant acquérir un véhicule sont accordés avec un financement allant jusqu’à 85 % pour l’achat de voitures neuves.

En effet, lors de son intervention à l’émission « Chorouk Morning», Actuellement, il y a une grande concurrence entre les banques pour présenter les meilleures offres pour les citoyens », a-t-il expliqué. Par ailleurs, Latreche a indiqué que « les banques publiques financent plus de 86 % de l’économie nationale », soulignant en outre que « celles-ci ont procédé au rééchelonnement des crédits accordés pendant la pandémie de Coronavirus ». À ce propos, le même responsable a expliqué que la valeur des crédits rééchelonnés pendant la pandémie a dépassé les 1000 milliards de DA, indiquant que les banques publiques ont étudié environ 10 000 dossiers liés aux prêts au cours de l’année 2020. Latreche a souligné que la valeur des crédits accordés aux investisseurs est estimée à 9000 milliards de DA jusqu’à fin 2020. Sur un autre volet et en vue de faciliter les procédures bancaires entre l’Algérie et la Libye et dans le but de booster la coopération séconomique bilatérale et d’augmenter les échanges commerciaux, le P-DG de la BEA a fait savoir que « la Banque extérieure d’Algérie ouvrira prochainement une agence bancaire en Libye pour accompagner les exportateurs algériens, et ce, après l’ouverture du poste frontalier terrestre de Debdeb ». Dans le même contexte, l’intervenant a annoncé « l’ouverture de succursales de banques algériennes dans des pays africains et européens avant la fin de l’année ». Il a ajouté que « cette mesure vient en réponse aux doléances d’opérateurs économiques, relatives à l’ouverture de succursales bancaires à l’étranger, afin de faciliter leurs transactions », a-t-il souligné, relevant que la concrétisation de ce projet a été retardée « en raison de la pandémie de coronavirus, qui a impacté les différentes transactions et activités économiques à l’échelle mondiale
Sarah O.