SNTF

A CAUSE D’UNE GRÈVE SURPRISE DES CHEMINOTS : Le trafic ferroviaire perturbé à Alger

Après une période d’accalmie, la contestation est de retour dans le secteur des cheminots. Hier, une grève surprise a été déclenchée par les travailleurs, ce qui a considérablement perturbé la circulation des trains notamment au niveau de la capitale.

Dans un communiqué rendu public, la SNTF avait indiqué, en effet, que suite à un arrêt de travail sans préavis, observé par un certain nombre de personnels roulants de l’entreprise, une perturbation a été enregistrée la matinée du dimanche 27 juin 2021 (Hier NDLR), dans la circulation des trains dans certaines lignes, notamment dans la banlieue d’Alger. À noter toutefois que l’entreprise n’a pas donné plus de précisions sur les lignes ayant été perturbées par le débrayage dont les motivations ne sont pas connues. Il est essentiel de rappeler que les cheminots n’en sont pas à leur premier débrayage. Vers la fin du mois de mai passé, ces derniers avaient tenu des rassemblements au niveau de la Centrale syndicale pour exiger la  mise en place d’une commission devant assurer le processus de réélection de nouveaux membres de leur fédération. Les contestataires reprochaient aux actuels représentants de la fédération de ne pas avoir intervenu et discuter avec les responsables pour l’application du nouveau SMIG fixé à 20 000 Da. Quelques jours après la tenue de ce rassemblement, la SNTF annonce l’entame du processus d’étude des mécanismes pour l’application du décret présidentiel fixant le salaire minimum national garanti à 20 000 Da, avec effet rétroactif depuis juin 2020.
La même entreprise a noté dans le même document avoir adressé des correspondances à l’Union nationale des travailleurs des lignes ferroviaires les invitant à se mettre autour d’une table et de discuter autour de ce dossier, expliquant que le retard à l’origine de la non- application de ce décret était dû à la charge impliquée par le versement des primes du Covid pour les travailleurs ayant assuré leurs postes durant cette période de pandémie. Samedi dernier, la SNTF annonce l’application concrète du décret cité auparavant, soulignant avoir invité les partenaires sociaux à des négociations, en mai dernier, pour la mise en place d’un échéancier de versement des rappels aux travailleurs en tenant compte de la situation financière que traverse la société. À rappeler, en outre, que les travailleurs de la SNTF ont observé une journée de grève, le 9 mars dernier, pour protester contre le licenciement de cinq de leurs collègues de la direction régionale d’Annaba, outre des journées de grève pour dénoncer les conditions de travail dont notamment le manque de sécurité persistant caractérisé par les agressions contre le personnel de la SNTF et notamment les jets de pierre pas les délinquants.
Ania Nait Chalal