univerp3

COURS ET EXAMENS SUSPENDUS À CAUSE DE LA COVID-19 : Pas de présentiel à l’Université

Conséquence de la quatrième vague de la pandémie de la Covid-19 en Algérie, l’activité pédagogique en présentiel et les examens du premier semestre sont suspendus jusqu’au début du mois de février prochain, dans tous les établissements relevant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

L’annonce en a été faite hier par Boualem Saïdani, directeur de la formation et de l’enseignement supérieur au ministère. Il s’agit de la mise en œuvre des mesures prises lors de la réunion extraordinaire tenue il y a une semaine sous la présidence du président de la République et consacrée à l’évaluation de la situation épidémiologique suite à la propagation du Covid-19.
La décision de fermeture des universités avait été laissée aux chefs des établissements et des centres universitaires, en tenant compte du calendrier des examens et la possibilité de les reprogrammer au profit des étudiants. On sait que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait alors appelé les chefs des établissements relevant du secteur à procéder à une évaluation précise et exhaustive de la situation sanitaire au sein des établissements universitaires en vue de prendre une décision adaptée à la situation dans chaque établissement en décrétant la suspension des cours, le changement du mode d’enseignement, ou le report des examens. Le ministère avait souligné, la nécessité de « poursuivre l’opération de vaccination au sein de la communauté universitaire tout en maintenant le fonctionnement normal des instances scientifiques, pédagogiques et administratives de l’établissement universitaire, afin de préserver les intérêts des étudiants et des professeurs, dont le travail doit respecter les mesures de prévention comme la distanciation, le port du masque, la désinfection et autres. Le ministère avait appelé à l’élaboration d’un bilan quotidien des cas suspects de Covid-19 au sein de la communauté universitaire via  une plateforme électronique. Il en a donc résulté la suspension des activités pédagogiques et des examens. Lors de son passage, hier, à l’émission L’invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, Boualem Saidani a expliqué que la suspension des activités pédagogiques est accompagnée de la désinfection totale des lieux, l’évaluation régulière des taux de contamination, le report des examens, le remplacement des cours en présentiel par des cours à distance dans la mesure du possible, et la suspension de toutes les activités scientifiques et sportives. Les cours en ligne sont maintenus mais se heurtent, a souligné le directeur au ministère, aux difficultés liées au faible débit internet, au manque de moyens financiers de certains étudiants et aux difficultés d’adaptation de certains professeurs universitaires à cette nouvelle expérience de l’enseignement supérieur en Algérie. Quant aux examens, de nouvelles dates seront annoncées ultérieurement. Le directeur de la formation et de l’enseignement supérieur, cité par l’APS, a évoqué l’éventualité de réduire le volume horaire des cours ou la durée des prochaines vacances. Les résidences universitaires devraient être vidées, sauf cas exceptionnels, entendre par là, sans doute, les étudiants étrangers et les résidents qui habitent loin ou les étudiants contaminés et confinés pour éviter la propagation du virus. Qu’en sera-t-il de la restauration de ces étudiants qui seraient maintenus sur les lieux puisque les restaurants universitaires seront fermés? Sur le taux de vaccination en milieu universitaire, la situation est analogue à ce qui est constaté au sein du reste de la société algérienne. Le taux est faible. Selon Boualem Saidani, seuls 4% des étudiants, 20% des enseignants et 35% des travailleurs ont été vaccinés. Le 17 janvier, une deuxième campagne de vaccination contre la Covid-19 en milieu universitaire a été lancée au niveau de 14 établissements universitaires à travers le pays, après la première campagne qui a eu lieu en juillet dernier en plein été.
M’hamed Rebah