59bf8eb29e5591e2ca526dbcd452a753483cfdb7

« Compétition officielle » Penélope Cruz et Banderas, rois de l’autodérision

Penélope Cruz et Antonio Banderas mettent les rieurs de leur côté avec « Compétition officielle », une comédie bourrée d’autodérision sur les travers du cinéma.

Dans ce long métrage, signé d’un duo de réalisateurs argentins, Gaston Duprat et Mariano Cohn, et présenté en septembre au Festival de Venise, Penélope Cruz enfile une volumineuse perruque rousse pour se glisser dans la peau de Lola, une célèbre réalisatrice à laquelle un milliardaire – qui ne connaît rien à l’art mais souhaite laisser une trace dans l’histoire – décide de commander un film. C’était ça ou construire un pont. Pour travailler avec elle, deux acteurs brillants que tout oppose: Félix, star hollywoodienne, sexy, charismatique et tellement sûr de lui, évidemment interprété par Antonio Banderas. Et Ivan, un acteur de théâtre renommé, lettré et faussement humble, incarné par l’acteur argentin Oscar Martinez. Ce trio doit préparer le tournage et répéter ensemble – pas facile lorsqu’on partage si peu de choses, si ce n’est un ego surdimensionné. Dans le film, la réalisatrice va soumettre ses acteurs à des exercices plus ou moins farfelus pour tenter de leur faire surmonter leur narcissisme. Des Golden Globe vont être passés à la broyeuse mécanique, les deux acteurs, qui doivent jouer des frères, emballés dans du cellophane, et des torrents d’insultes échangés par deux interprètes en roue libre…
La réalisatrice et ses ambitions artistiques en prennent aussi pour leur grade. « Pour moi, ça a été très libérateur, très amusant d’interpréter ce personnage sauvage, cette psychopathe charmante, à la fois intelligente et complètement imbécile, sans filtre et qui n’en a rien à faire de ce qu’on pense d’elle », a expliqué à Venise Penélope Cruz.
Qui a eu l’idée d’origine du film et précise: « Ca ne me plairait pas du tout de lui ressembler! » Mesquinerie, snobisme, petits arrangements avec soi-même… « Le film décrit au fond une partie de l’être humain », a enchaîné Antonio Banderas. « Dans ce cas, ce sont des acteurs, mais on pourrait très bien l’appliquer à la politique, ou à n’importe quelle activité humaine ».
Le scénario s’est nourri de l’expérience des acteurs: « Notre idée, c’était de montrer la cuisine, les stratégies des acteurs pour nous émouvoir », a expliqué Gaston Duprat, qui a déjà réalisé plusieurs films avec son complice Mariano Cohn, dont la comédie « Citoyen d’Honneur » (2017).