Police

Bouira : Les patrouilles de la police sur le qui-vive

La sûreté de la wilaya de Bouira ne lésine sur aucun effort pour lutter contre la propagation du Coronavirus, qui frappe la wilaya à l’instar de toutes les régions du pays et du monde.

Pour ce faire, les éléments de la police à travers l’ensemble des sûretés urbaines et de daïras sur le territoire de Bouira continuent d’organiser des campagnes de sensibilisation des citoyens sur les risques de cette pandémie sur la santé des citoyens, dans les marchés couverts, les grandes surfaces commerciales et les places publiques. Les policiers qui effectuent des patrouilles incessantes sillonnent les moindres coins et recoins des villes et villages de la wilaya pour sensibiliser les citoyens  quant au respect strict des consignes et autres orientations des services de la santé pour lutter contre le Covid-19.
Dans un communiqué de presse qui nous a été transmis par la cellule de communication de la sûreté de wilaya on pouvait lire que pas moins de 149 personnes ont été verbalisées pour violation du confinement partiel imposé à la wilaya depuis quelques semaines dont la durée est fixée de 19h jusqu’au lendemain 7h. Pour le même motif, 70 véhicules et 4 motocyclettes ont été saisis et mis en fourrière durant ces trois derniers jours, lit-on encore dans le même document. Il importe de rappeler en outre que durant la première semaine de la mise en application du confinement partiel au niveau de la wilaya, soit du 4 au 12 avril en cours, les mêmes services de sécurité ont saisi et placé en fourrière 135 véhicules et 3 motocyclettes alors que 147 piétons ont été verbalisés et leurs PV transmis à l’instance judiciaire pour violation des horaires du couvre-feu. D’autres part, les éléments des services de sécurité de Bouira engagent une rude lutte contre les commerces informels qui prolifèrent sur l’ensemble du territoire de la wilaya et ce depuis l’imposition de la mesure de confinement à travers laquelle à l’exception des commerces des fruits et légumes, les commerces d’alimentation générale, les bureaux tabac et les pharmacies, les autres commerces ont baissé rideaux.
Omar Soualah