ligne

Bientôt une nouvelle ligne ferroviaire M’sila-Alger

Une nouvelle ligne de transport ferroviaire M’sila-Alger sera « prochainement » mise en exploitation après plus de quatre années de suspension, a-t-on appris samedi de la direction de wilaya des transports. Le train desservant cette nouvelle ligne partira lundi à 5h00 de M’sila passant par Bordj Bou Arreridj, Bouira et Boumerdes pour arriver à Alger à 8h00, a précisé la même source, indiquant que le train prendra le chemin du retour à 16 h00 avant d’arriver à M’sila vers 20h00. Cette desserte quotidienne est assurée par un train auto-rail, selon la même source, ajoutant que l’ouverture de cette ligne s’inscrit dans le cadre de la diversification de l’offre de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF). Pour encourager l’utilisation du train, la direction de la SNTF a proposé aux voyageurs des tarifs réduits allant jusqu’à 60%, a encore fait savoir la direction de wilaya des transports. Pour rappel, la ligne du train M’sila -Alger a été suspendue depuis plus de quatre années pour des raisons liées aux tarifs et au temps de passage du train.
Ce dernier, qui prenait le chemin à partir de Batna passant par M’sila à 9h00, n’arrangeait pas les voyageurs.

62 personnes victimes d’une intoxication alimentaire à El Tarf
Soixante deux (62) personnes résidant dans la commune de Ben M’Hidi (El Tarf) ont été victimes, dans la nuit de vendredi à samedi d’une intoxication alimentaire, a-t-on appris auprès du directeur de la santé et la population de la wilaya. Pris de douleurs abdominales, de vomissements et autres symptômes, après avoir consommé des brioches fourrées de chocolat et du qualb El Louz, 62 citoyens se sont rendus aux urgences de la polyclinique de cette collectivité locale où ils ont reçu les soins nécessaires avant de regagner leurs domiciles, a affirmé Hadj abderahmane Bada. Le directeur local de la santé et de la population s’est déplacé dans la même nuit pour s’enquérir de la santé des victimes de cette intoxication et a demandé qu’une enquête soit ouverte pour déterminer les causes exactes de cette intoxication. Aussi, des prélèvements de produits alimentaires suspectés ont été effectués et transmis au laboratoire d’analyses afin de déterminer l’origine de cette intoxication alimentaire, a-t-on ajouté de même source.

Deux morts dans une collision entre un motocycle et un véhicule touristique à Biskra
Deux personnes ont trouvé la mort dans une collision entre un motocycle et un véhicule touristique survenue dans la nuit du vendredi au samedi dans la région « Chegga » dans la commue d’Oumache (18 km à l’ouest de Biskra), ont indiqué les services de la Direction de la Protection civile de Biskra. L’accident qui s’est produit sur la RN 3 liant Biskra à Ouargla dans la région de « Chegga », est survenu après une collision entre un motocycle à bord duquel se trouvaient deux personnes et un véhicule touristique, précise la source. L’accident a fait deux morts décédés sur le coup, à savoir: (A. B, 17 ans) et (S. B, 11 ans), qui étaient à bord du motocycle, ajoute-t-on de même source. Les corps sans vie des deux victimes ont été évacués par la Protection civile vers la morgue de la polyclinique Salah Saifi d’Oumache. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité territorialement compétents pour déterminer les circonstances de l’accident.

Une personne disparue dans le grand Erg occidental (Beni Abbès)
Une opération de recherches pour retrouver une personne portée disparue au milieu des dunes de sable du grand Erg occidental a été lancée samedi matin par les éléments de la Protection civile (PC), à proximité de la localité de Ksar de Ben Abdelkader au sud du chef-lieu de la wilaya de Beni-Abbès, a-t-on appris de la cellule de communication de la direction de ce corps constitué à Bechar. « Une quinzaine d’éléments de la protection civile relevant des unités secondaires de ce corps des communes de Kerzaz et Ouled-Khodeir, dotés de moyens de communication ainsi que de matériels et moyens mobiles (4×4), sont mis à profit pour retrouver cette personne disparue dans un environnement naturel des plus difficiles, situé à plus de 400 km au sud de Bechar », a-t-on précisé. Cette opération de recherches est menée avec la contribution des éléments de la Gendarmerie nationale (GN) et des citoyens tant du Ksar Ben-Abdelkader que ceux des localités avoisinantes, a précisé dans une déclaration téléphonique avec l’APS, le directeur local de la Protection civile, le capitaine Nasreddinne Kaddioui.

Le corps sans vie d’un adolescent repêché de Oued Ben Said (Djelfa)
Les éléments de la Protection civile de la wilaya de Djelfa ont repêché vendredi le corps sans vie d’un adolescent âgé de 14 ans, de Oued Ben Said, ont indiqué les services du même corps. « Les ambulances de l’unité principale du chef-lieu de la wilaya sont intervenues à 16h00 pour repêcher le corps sans vie d’un adolescent, de Oued Ben Said, à proximité du nouveau pôle urbain « Houari Boumediene » dans la ville de Djelfa », a précisé le chargé de communication de la Direction locale de la Protection civile, le sous-lieutenant Abderrahmane Khader. La victime a été transférée par les éléments de la Protection civile à la morgue de l’Hôpital « Mouhad Abdelkader », a ajouté le sous-lieutenant.Durant les dernières 48 heures, des communes de la wilaya de Djelfa avaient connu d’importantes précipitations ayant entrainé une crue des oueds dans certaines localités.

Covid-19 : l’OMS approuve le vaccin chinois Sinopharm
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi que le vaccin Sinopharm contre la Covid-19 produit en Chine avait reçu le feu vert pour un déploiement mondial. L’agence des Nations Unies a approuvé le vaccin de Sinopharm pour une utilisation d’urgence, ce qui est une condition préalable à son inclusion dans l’initiative mondiale de solidarité vaccinale, COVAX. Le vaccin est facile à stocker, ce qui le rend adapté aux endroits disposant de ressources limitées, et s’est révélé efficace à 79 % lors des essais cliniques.
« L’ajout de ce vaccin a le potentiel d’accélérer rapidement l’accès au vaccin contre la Covid-19 pour les pays qui cherchent à protéger les agents de santé et les populations à risque », a déclaré Mariângela Simino, sous-directrice générale de l’OMS pour l’accès aux produits de santé. « Nous exhortons le fabricant à participer à l’installation COVAX et à contribuer à l’objectif d’une distribution plus équitable des vaccins », a -elle ajouté. Le vaccin de Sinopharm est produit par Pékin Bio-Institute of Biological Products Co Ltd, une filiale de China National Biotec Group (CNBG). Il s’agit du premier vaccin à faire l’objet d’un contrôle des flacons. Les flacons sont munis d’un petit autocollant qui change de couleur lorsque le vaccin est exposé à la chaleur, afin que les agents de santé sachent s’il peut être utilisé en toute sécurité. Le vaccin est recommandé pour les adultes de 18 ans et plus, avec un calendrier de deux doses espacées sur une période de trois à quatre semaines. La liste d’utilisation d’urgence (EUL) de l’OMS permet aux pays d’accélérer leur propre approbation réglementaire pour importer et administrer les vaccins contre la Covid-19.

La militante sahraouie Oum Al-Saâd Al-Zawy et sa fille arrêtées par les forces d’occupation marocaines
La militante sahraouie Oum Al-Saâd Al-Zawy et sa fille ont été arrêtées vendredi par les forces d’occupation marocaines dans la ville de Boujdour occupée, rapporte l’agence de presse sahraouie (SPS). La même source a précisé que les forces d’occupation ont pris d’assaut la maison de la militante Al-Zawy et ont détruit une partie de l’habitation, après qu’elle a hissé le drapeau de la République sahraouie au-dessus de sa maison en solidarité avec la militante Sultana Sidi Ibrahim Khaya. L’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme et la protection des ressources naturelles a indiqué, dans un communiqué, que la militante Al-Zawy avait été surprise d’être convoquée par la police de l’occupation, avec sa fille, avant qu’elle ne soit arrêtée. Plusieurs unités de la police marocaine ont imposé un siège autour de la maison de Sultana Khaya, à Boujdour occupée, depuis des mois, la soumettant, ainsi que toute sa famille, à des abus physiques et psychologiques afin qu’elles cessent leurs revendications pacifiques pour l’autodétermination du peuple sahraoui.
M. B.