Benflis

Benflis à partir de Chlef : Dissolution de l’APN et des législatives anticipées  

Le candidat du parti Talaïe El Hourriat, à la prochaine élection présidentielle du 12 décembre, Ali Benflis,  s’est rendu, hier,  dans la ville de Chlef, pour animer un meeting populaire, dans le cadre de la campagne électorale, qui a bouclé hier, son quatrième jour. Dés son apparition devant l’assistance venue écouter son discours, l’ex- chef du gouvernement, a eu droit à un accueil des plus chaleureux, entre youyous et autres applaudissements, sous les cris de  » Benflis Président ». Le candidat Benflis a entamé son discours en évoquant les caractéristiques de la région et son aspect de zone agricole. À ce sujet, il a ponté du doigt l’avancée du béton dévastant des milliers d’hectares de terres agricoles et le rétrécissement des parcelles de l’agriculture, en raison, a-t-il souligné « de la mauvaise gestion », promettant la réhabilitation du secteur de l’Agriculture et sa remise sur les rail, s’il venait à être élu président de la République, à travers , notamment la redistribution des terres de manière équitable et réglementée. « Nous pouvons largement arriver à une auto-suffisance alimentaire » par poursuit-t-il «la science, le savoir et la pensée » car «  sont le socle de tout développement, ici en Algérie, comme ailleurs » a précisé, l’ex-secrétaire général du Parti FLN. Évoquant la période de la décennie noire, l’hôte de la wilaya de Chlef, a promis « la prise en charge des doléances des patriotes, police communale, et des anciens de l’Armée » qui  à coup d’énormes sacrifices ont pu sauver, rappelle-t-il le pays des griffes de la barbarie, affirmant que sous sa présidence « nulle personne ne sera lésée dans ses droits ». Autre volet , et pas des moindre, abordé hier, par le candidat Benflis, le dossier des personnes aux besoins spécifiques,  à qui,  il s’engage à mettre en œuvre tout un programme dédié à la prise en charge de cette frange de la société, vulnérable, car « délaissée et abandonnée par les pouvoirs successifs », en créant un service  sous la tutelle du ministère de l’Éducation. Ce dernier s’occupera de leurs  pré occupations,  en matière d’éducation et scolarité, afin de leur garantir un parcours adapté, à leur situation spécifique. Sur les questions politiques et le mode de gouvernance, Benflis,  a assuré,  que «  tout est question de légitimité », à travers une élection crédible et transparente, précise-t-il « dont la  souveraineté revient au peuple, ou le Président et le gouvernement ne sont,  en fait, que des fonctionnaires au service de ceux qui les ont élu ». Plus explicite, le candidat de Talaïe El Hourriat, prévoit «la séparation des pouvoirs » afin, a t-il ajouté
d’ «éviter de sombrer à nouveau dans la dictature des tenants du pouvoir » et pour ce faire, il promet « un régime semi-présidentiel, ou les prérogatives du Président et celles du chef du gouvernement seront clairement définies » et de rappeler qu’il procèdera à la dissolution de l’actuelle Assemblée populaire, par « la convocation d’ élections législatives anticipées ».Il s’est également porté garant de l’indépendance de la justice, qui sera, selon lui, à l’abri de toute injonction ou pression, et le juge est souverain dans ses décision dans le cadre  des lois régissant la République.
Brahim Oubellil