HANI-HANOUNE

AUCUN CONTRAT DE CONCESSION DES LIGNES AÉRIENNES NATIONALES POUR LES ÉTRANGERS : Hani dément les accusations de Hanoune

La patronne du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a cru bon détenir des informations fiables au sujet d’une concession des lignes aériennes domestiques au profit d’une société étrangère, émiratie plus précisément. Mais, ses accusations sont vite démenties par le ministère des Transports qui exclue tout contrat d’exploitation des lignes aériennes locales conclu entre les autorités nationales avec de prétendus opérateurs étrangers. Samedi dernier, en effet, s’exprimant à l’issue d’une réunion du bureau politique de son parti, à Alger, Louisa Hanoune, défenseuse acharnée de l’entreprise publique à laquelle elle oppose tous dogmes de privatisation, a fait état d’une volonté du Gouvernement de « privilégier » un opérateur émirati dans un supposé contract d’exploitation des lignes aériennes domestiques, qu’assurent notamment Air Algérie et Tassili Airlines. « Nous avons des informations, selon lesquelles, a-t-elle asséné, il y a volonté chez le Gouvernement de « privilégier une société émiratie, dans le cadre d’un contrat pour l’exploitation des lignes intérieures ». Mais, toutes ses allégations ont été battues en brèche par le ministère des Transports que dirige Lazhar Hani. Dans son communiqué, diffusé hier, le département de Lazhar Hani, réagissant « aux fausses déclarations tendancieuses relayées par certains médias », à ce sujet, porte à la connaissance de l’opinion publique qu’aucun contrat n’a été passé avec aucun opérateur étranger dans le domaine. Se référant aux règles générales relatives à l’aviation civile, le ministère a précisé que « l’exploitation des prestations du transport aérien pour les vols domestiques de transport public  ne peut se faire que par des entreprises de droit algérien ». Le ministère affirme aussi que l’octroi du droit d’exploitation de ces services au profit de compagnies étrangères, « n’a été mentionné ni dans le programme du président de la République, ni même dans le plan d’action du Gouvernement qui s’emploie, à travers un éventail de mesures, à renforcer la performance de la compagnie aérienne nationale algérienne +Air Algérie+ et valoriser son rôle au plan international ». Chemin faisant, « toute déclaration, quelle qu’en soit la source, contraire à ce qui est stipulé dans les dispositions de la Loi précitée et aux orientations de l’État dans le traitement du dossier d’Air Algérie, est une manœuvre vouée à l’échec visant à semer le doute et l’anarchie, à travers la diffusion de fausses informations et expose son auteur ou ses auteurs, aux conséquences juridiques induites par le situation », détaille la même source.
Le ministère a, sans citer de nom, également appelé les responsables politiques à « faire preuve de patriotisme et de vigilance, en vue de se dresser comme un seul homme contre les ennemis de la Patrie et à contribuer à la consolidation du front interne, loin de toutes manœuvres ou calculs, et ce au regard des tensions dangereuses qui caractérisent la situation régionale marquée par une conspiration systémique et un acharnement déchaîné contre notre pays ».
F. G.