Arav

APRÈS AVOIR NOTIFIÉ DES AVERTISSEMENTS À DES CHAÎNES DE TÉLÉVISION PRIVÉES : L’ARAV passe aux mises en demeure

Après avoir émis une première note, dans laquelle elle invite les chaînes de télévision à l’arrêt de diffusion des campagnes publicitaires vantant les produits pharmaceutiques et des compléments alimentaires, l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) hausse le ton, une nouvelle fois, pour sommer les chaînes de télévision à se conformer à ce qui leur a été demandé, par l’ARAV, dont le président  Mohamed Louber a affirmé, hier, l’envoi de mise en demeure à des chaînes de télévision privées. Si l’ARAV a rappelé que les campagnes publicitaires en question requièrent des autorisations de la part d’autorités scientifiques compétentes, une procédure que les responsables des chaînes de TV privées, ne sont pas censés ignorer, pour le docteur Mohamed Bekkat Berkani, président de l’Ordre national des médecins, la publicité sur ces produits « exige une autorisation préalable de l’Autorité médicale ».
Alors que dans un passé récent, l’opinion national, des médias, principalement des chaînes de TV privées, se sont aventurés à vanter les mérites d’un médicaments miracle, « Rahmet Rabi » lequel a été soutenu et promu par l’ex-ministre de la Santé, Abdelmalek Boudiaf, dans ses déclarations à la presse et sorties médiatiques, il est utile aussi de rappeler que l’intense diffusion de pub porte atteinte aux droits des téléspectateurs et aussi des consommateurs, ces derniers «matraqués» à longueur de nuit comme du jour.
Si ces aliments sont vendus ici et là, notamment dans les pharmacies, après avoir été soumis au processus de contrôle, jusqu’à l’autorisation de commercialisation, ces produits, devront passer par un autre processus leur permettant de les commercialiser via des campagnes de publicité. Pour le docteur Bekkat, autre problème qu’il soulève, l’apparition de personnage représentant des médecins, pour la promotion de produits liés, à la santé ou le bien être, alors que rappelle-t-il, « la loi interdit strictement l’apparition d’un médecin et autre personnel soignant sur une publicité ». Le président de l’ARAV, Mohamed Louber, s’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, a fait savoir que son instance « sera partenaire » du ministère de la Communication, notamment dans le dossier liée à la publicité.
Karima B.