Apiculture

APICULTURE À KHENCHLA : L’importance de la marque collective soulignée

Les participants à une journée de sensibilisation, organisée mercredi par la pépinière des entreprises et la Chambre du commerce et d’industrie CCI-Chélia de la wilaya de Khenchela, sous le slogan  »Les PME et la propriété individuelle, transmets tes idées sur le marché », ont relevé l’importance de la marque collective dans la promotion de la production mellifère dans la wilaya.
 »Le recours des apiculteurs du Sud de Khenchela, notamment ceux de Chechar, à une marque collective de miel de la région permet de promouvoir le produit et faciliter sa commercialisation à l’intérieur du pays et à l’étranger », a affirmé Abdelhafid Belmehdi, directeur général de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (INAPI), lors de son intervention devant des propriétaires d’entreprises et des porteurs de projets innovants, à la salle de conférence de la CCI-Chélia.
Il a ajouté que l’enregistrement d’une marque collective de miel de la wilaya est  »susceptible d’aider les investisseurs de cette filière à défendre leurs produits, à concurrencer les autres producteurs sur les marchés étrangers, à faire face aux produits contrefaits et à la concurrence déloyale », en plus de l’établissemnt d’un lien de confiance entre les producteurs et les consommateurs.
M. Belmehdi a souligné que la marque individuelle et la marque collective ont des avantages communs, notamment la couleur, le nom, le dessin, le modèle et une durée de protection de la marque industrielle de 10 ans renouvelable, indiquant que la différence entre les deux est que la marque individuelle peut être retirée et attribuée à une autre personne ou à un investisseur alors que la marque collective partagée par plusieurs parties ne peut pas être retirée.
De son côté, le directeur de la CCI-Chélia de Khenchela, Mohamed Said Meziane, a encouragé les participants à œuvrer à créer des marques collectives pour des produits locaux qui partagent des spécificités communes ou fabriqués dans la même zone géographique, comme les pommes de la région de Bouhmama et le miel de Chechar à Khenchela.
Il a, dans ce contexte, souligné que cette journée de sensibilisation, organisée en coordination avec l’Institut national algérien de la propriété industrielle et le bureau extérieur de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) constitue une  »opportunité » pour les investisseurs locaux et les propriétaires de petites entreprises de la wilaya de Khenchela pour s’imprégner des procédures d’obtention de la propriété intellectuelle collective pour promouvoir leurs produits.
Le responsable a assuré que cette démarche se répercutera positivement sur la wilaya en particulier et le pays en général.
De son côté, Mokdad Aggoune, directeur général de l’Agence de développement des petites et moyennes entreprises et la promotion de l’innovation, a expliqué que la création des PME activant dans la filière du miel et l’enregistrement d’une marque collective qui protège les producteurs locaux est  »devenue plus qu’une nécessité en raison du rôle que jouent ces PME dans la promotion de l’économie nationale ».
Il a affirmé que ce procédé  »contribuera inévitablement à améliorer le revenus des PME et à réaliser une croissance économique aussi bien au niveau local que national ».
Le directeur du bureau extérieur de l’OMPI en Algérie, le mauritanien Mohamed Salek Ahmed Athmane a assuré que l’Algérie, grâce à la diversité de ses produits, notamment agricoles, dispose de tous les facteurs pouvant être exploités pour la promotion de la protection intellectuelle, y compris la création de marques collectives qui contribuent à l’organisation et au regroupement des producteurs et à la consolidation de leurs capacités dans la réussite de divers projets.
De son côté, Alexandra Grazioli, experte auprès de l’OMPI, a relevé, lors de son intervention présentée en visioconférence depuis Genève (Suisse), que les indicateurs géographiques et les marquages d’origine de divers produits  »jouent un rôle important dans la promotion des marques collectives », citant le cas de Deglet Nour, la marque algérienne qui a obtenu « un grand succès ».
Elle a indiqué que la création d’une marque collective, notamment pour les produits agricoles, est un moyen de protéger le milieu naturel, préserver le patrimoine culturel, en plus de créer une croissance économique et sociale.
Le chef de l’exécutif local, Ali Bouzidi a affirmé de son côté, lors de l’ouverture de cette journée de sensibilisation au profit des investisseurs de la filière apicole, que Khenchela est l’une des wilayas  »pionnières à l’échelle nationale dans la production mellifère », rappelant une opération d’exportation du miel de Chechar vers l’Autriche dans le cadre d’un accord bilatéral entre les deux pays.
A l’occasion, il a invité les apiculteurs présents à créer une marque collective qui protège les producteurs locaux, promeut le produit sur le plan de la qualité et consolide la production locale tout en assurant des revenus en devises, en dehors du secteur des hydrocarbures.