Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a été fait, hier, docteur honoris causa en relations internationales, par l'université d'Istanbul
Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a été fait, hier, docteur honoris causa en relations internationales, par l'université d'Istanbul

ALGÉRIE – TURQUIE : Un programme d’actions communes ambitieux

La visite d’État de trois jours effectuée par le Président Abdelmadjid Tebboune en Turquie depuis dimanche à l’invitation de son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, a permis de constater l’excellence des relations bilatérales entre les deux pays, comme le montrent la signature de plusieurs accords de coopération et mémorandums d’entente qui touchent pratiquement tous les domaines, mais aussi la convergence de vues sur les questions internationales d’intérêt commun et la volonté de s’en occuper de façon solidaire.

Vers des accords stratégiques
« Nous allons vers des accords stratégiques et nous entendons aussi, dans le cadre du développement de l’industrie et des échanges industriels entre les deux pays, aller rapidement vers l’industrie navale, civile ou militaire, et d’autres industries d’intérêt pour les deux pays et leur souveraineté », a déclaré le président de la République. Il a évoqué la perspective de porter le volume des investissements turcs en Algérie à plus de 10 milliards dollars. Lundi, le président Tebboune a cosigné avec le président Erdogan, la Déclaration commune de la première réunion du Conseil de coopération de haut niveau entre les deux pays. Le président Tebboune a été fait mardi docteur honoris causa par l’université d’Istanbul, devant ses éminents docteurs, en présence du vice-président de la Turquie, Fuat Oktay. Il devait donc regagner Alger hier. Le président Tebboune doit présider aujourd’hui au Centre international des conférences, au Club  des Pins,  l’installation de la Commission nationale chargée de revoir la politique des subventions.

Des Actions communes pour la Palestine, la Libye et le Sahel
Selon les indications données dans la conférence de presse qu’ils ont animée conjointement lundi, les questions internationales d’intérêt commun ont pris une part importante dans les entretiens entre les présidents Tebboune et Erdogan. Sur la question palestinienne, la crise en Libye et la situation dans la région du Sahel, le président Tebboune a fait savoir que ses entretiens avec le président Erdogan, ont fait ressortir une convergence de vues. Sur la Palestine et particulièrement les développements dans les territoires palestiniens occupés : convergence avec la partie turque quant à l’impératif d’une action de la communauté internationale pour mettre un terme à la souffrance du peuple palestinien en proie aux attaques, aux dépassements et aux violations récurrentes de l’occupant sioniste. Concernant le Sahel : les deux pays mèneront des actions communes pour assécher les sources de l’activité terroriste dangereuse et instaurer la sécurité et la stabilité dans la région. À propos de la Libye: « les deux pays (Algérie et Turquie) peuvent contribuer à la gestion » d’élections honnêtes qui restituent le pouvoir au peuple libyen. Le président Erdogan a évoqué la possibilité de développer la coopération diplomatique par le biais des ministres des Affaires étrangères sous la supervision des présidents des deux pays, en poursuivant les réunions du Conseil de coopération conjoint. « Nous considérons hautement le rôle que joue l’Algérie en Afrique du Nord et au Sahel », a souligné le président turc. « La Turquie et l’Algérie, acteurs majeurs de la paix et la stabilité en Afrique, s’engagent à renforcer la coopération dans le domaine de l’industrie de la défense », a-t-il déclaré. Le président Erdogan a souligné l’intérêt accordé par la Turquie au développement économique, à la paix et à la stabilité politique en Afrique, citant le cas de la Somalie qui vient de réussir l’organisation d’élections présidentielles.
Relevons, par ailleurs, qu’au cours de la même conférence de presse, en réponse à une question d’un journaliste, le président Erdogan a confirmé le non de la Turquie aux demandes d’adhésion de la Finlande et de la Suède au sein de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), « Aucun des deux pays n’a une attitude claire et sans ambiguïté envers les organisations terroristes », a déclaré le président turc dans ce contexte.
M’hamed Rebah