Accueil RÉGIONS Aïn Témouchent : 7 000 000 d’estivants au niveau des plages, ...

Aïn Témouchent : 7 000 000 d’estivants au niveau des plages, selon la Protection civile

0

Selon un communiqué de la Protection civile, il a été enregistré 7 069 422 estivants durant la saison touristique 2014. Ce seuil qui dépasse d’un million celui de l’édition 2013 n’est pas un décompte définitif car la période estivale s’étend jusqu’à la fin août. Elle prend fin avec la rentrée sociale, le début du mois prochain. Le gros lot des visiteurs a été localisé autour des plages de Terga, du Puits(Béni-Saf), de Rechgoun (rive droite), de S’biât, Madagh, Chatt El-Hilal, Bouzedjar (2) et Sidi Djelloul. Les statistiques provisoires estiment que ces sites ont totalisé plus de 80% du nombre d’estivants annoncé plus haut. Le reste a été réparti entre les autres plages dont principalement la Marmite, Madrid, El Mordjane, El Wardania, El Ward, Rechgoun (rive gauche), Chatt El Hilal (rive droite), Bouzedjar(1). En raison des flux qu’il draine, le premier lot de plages est le plus prisé par les concessionnaires qui misent assez gros pour pouvoir arracher un site à l’issue des adjudications faites par la direction du tourisme, selon le cahier des charges bien établi. Par ailleurs, il a été comptabilisé 4700 interventions, dont 4579 cas sauvés de noyade certaine, 50 autres souffrants ont été soignés sur les lieux et 70 blessés évacués vers les hôpitaux. On déplore par ailleurs un mort de sexe masculin. Grâce au renforcement des moyens humains et matériels sur les plages, la saison estivale 2014 s’avère la moins coûteuse en vie humaine par rapport aux éditions passées. Le recrutement de stagiaires, plus d’une centaine, a apporté un plus au dispositif de lutte et de surveillance et plus particulièrement au niveau des plages du second collège. Cependant, des témoins oculaires ont signalé le manque de civisme de certains estivants qui ne respectent pas les règles d’hygiène sur les lieux de baignade. Le tapage nocturne a été une caractéristique dans certains sites, dont principalement Terga durant les veillées. D’autres évoquent le squattage des espaces par des concessionnaires qui ne se limitent pas à ce qui leur a été réservé au titre du cahier des charges. Cette information est à prendre avec réserve car elle n’a pas été signalée par le département du tourisme. Néanmoins, il faut la prendre au sérieux en vue de faire la part des choses et sanctionner ceux qui ont fauté.

Boualem Belhadri

Article précédentIrak : Kurdes et tribus sunnites contre-attaquent face à l’avancée jihadiste
Article suivantCrise en Ukraine : aucun progrès sur un cessez-le-feu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.